Le laboratoire interrégional des fraudes

ACCUEIL > Sciences Ouest > Année 1989 > 42 > Gros plan > Le laboratoire interrégional des fraudes
IBSI
Le laboratoire interrégional des fraudes
L'instrumentation océanologique
Prix National de la Mutation Technologique
Epoque révolutionnaire
L'entreprise du mois

 


LE LABORATOIRE INTERREGIONAL DE LA REPRESSION DES FRAUDES A 100 ANS



GARANTIR LA QUALITE DES PRODUITS, ASSURER LA SECURITE DES CONSOMMATEURS

La lutte contre les fraudes et falsifications n'est pas une préoccupation récente. Sans remonter aux origines, rappelons que sous l'Ancien Régime, les bases du système de contrôle de la qualité et de la sécurité des produits étaient clairement définies, pour chaque profession au sein des règlements corporatistes.

Avec l'instauration de la liberté du commerce en 1789, ces règlements disparaissent tandis que la loi Le Chapelier - du nom de son instigateur rennais - met définitivement fin aux corporations en 1791.

Dès cette époque, apparaissent des mouvements d'opinion en faveur du "droit pour tous à une alimentation saine". Le Bastard, maire de Rennes, signe le 7 juin 1888, un arrêté municipal portant création du laboratoire municipal des fraudes. Tout d'abord installé dans des locaux annexes de la Faculté des Sciences, rue Kléber, à Rennes, et dirigé par le professeur Lechatrier, le laboratoire est chargé de lutter contre les fraudes et falsifications : eau dans le lait, plâtre dans la farine,... et de veiller à la protection de la santé publique : à cette époque, bon nombre d'abattoirs et de bouchers reçoivent des vaches tuberculeuses...

Les technologies des laboratoires évoluent sensiblement avec, en 1950, l'arrivée des premiers appareils électroniques. Les mesures sont plus précises, plus détaillées. En 1968, la vocation du laboratoire, jusqu'alors départementale, est élargie au grand Ouest. Associé au ministère de l'agriculture, ses activités principales concernent la réglementation et la répression des fraudes avec mise en place de contrôles et d'analyses. En 1978, le laboratoire s'installe dans de nouveaux locaux près du CHR, rue de Coëtlogon. Rattaché depuis quelques années au ministère de l'économie, des finances et du budget, il est actuellement dirigé par Colette Lairie.

Les analyses sont effectuées sur des échantillons prélevés sur les lieux de fabrication mais aussi aux différents stades de la distribution. Les contrôles concernent particulièrement : l'addition d'eau dans le lait, le degré alcoolique du cidre, la qualité des légumes mis en conserve, les substances toxiques (résidus de traitement sur les fruits, nitrates, additifs), la qualité microbiologique des pâtisseries, les micro-organismes dans les denrées alimentaires (Yersinia, Listeria,...).

Le laboratoire effectue également des analyses pour les particuliers, industriels, importateurs, commerçants, associations ; ces prestations sont payantes. Avec 37 personnes dont 12 scientifiques de haut niveau, le laboratoire est également tourné vers l'Europe et l'ouverture internationale. Il met au point de nouvelles analyses, participe aux travaux du Comité d'Experts de la CEE, de la Commission générale d'unification des méthodes d'analyses et de l'association française de normalisation. Il assure également la formation de chimistes et microbiologistes étrangers. Le laboratoire fête aujourd'hui ses 100 ans et a ouvert ses portes au public les 2 et 3 décembre derniers. La répression des fraudes utilise des méthodes de plus en plus sophistiquées et le public s'y intéresse...


Le laboratoire avant l'arrivée de l'électricité.



SES ACTIVITES

Le laboratoire effectue des contrôles et des recherches physicochimiques et microbiologiques sur les produits agricoles et alimentaires. Sa compétence s'étend :

• aux régions Bretagne, Pays de Loire et Normandie pour la recherche de contaminants dans tous produits alimentaires et l'analyse de produits laitiers, produits diététiques et fruits et légumes,
• à la France du Nord pour l'analyse des aliments pour animaux (le laboratoire est par exemple spécialisé dans la recherche du clenbutérol, un facteur de croissance pour les animaux),
• à toute la France pour l'analyse des cidres, des œufs et des ovoproduits.




Le laboratoire interrégional de la répression des fraudes
26, avenue de Coëtlogon, 35000 Rennes. Tél. 99 54 06 58.