Prix Bretagne jeune chercheur, édition 2007

L'édition 2007 du Prix Bretagne jeune chercheur a retenu douze jeunes docteurs pour leur thèse et leur parcours scientifique remarquables. La Région veut ainsi attirer l'attention sur la qualité de la recherche universitaire bretonne.

Le Prix Bretagne jeune chercheur est ouvert à tous les doctorants qui ont soutenu leur thèse depuis moins de cinq ans dans une des universités bretonnes. Cette année, 46 concurrents ont présenté leur dossier dans quatre thématiques différentes : systèmes en évolution ; de l'atome à l'Homme, société de la connaissance ; Terre et mer, exploitation, préservation. Les jurys ont retenu un lauréat et deux mentions dans chaque catégorie. André Lespagnol, vice-président du Conseil régional chargé de l'enseignement supérieur et de la recherche a relancé le prix en 2005. « L'objectif de la Région, à travers ce prix, est de récompenser et valoriser les jeunes chercheurs de qualité et de contribuer ainsi à attirer les jeunes vers la recherche. C'est aussi une façon de manifester leur notre considération. C'est important lorsqu'on sait la désaffection actuelle pour les études scientifiques longues ».

Pas un prix de thèse

Le Prix Bretagne jeune chercheur n'est pas un prix de thèse. « La qualité de celle-ci est évidemment déterminante, mais les scientifiques retenus ont aussi un parcours scientifique remarquable ». Ils ont publié, participé à des colloques, ils ont été accueillis dans des laboratoires étrangers, « ce qui veut dire que leurs compétences sont reconnues à l'international ». Parfois leurs travaux ont pu être valorisés par des applications. Mais les recherches fondamentales ont été également récompensées. « Cette année, nous avons un bon équilibre entre recherches fondamentales et appliquées, sciences humaines et sciences dures ».

André Lespagnol admet que le découpage des thématiques, revu cette année, a pu sembler arbitraire. L'idée était d'encourager les sujets transdisciplinaires en ouvrant davantage les thématiques et en permettant à des disciplines très différentes de cohabiter. « Nous retrouvons ainsi des sciences humaines et de la robotique dans la même catégorie. Les sciences humaines pouvaient se retrouver dans deux thématiques, société de la connaissance et Terre et mer ».

Une autre façon d'encourager la recherche bretonne

Le Prix Bretagne jeune chercheur est un étage supplémentaire au soutien de la Région à la recherche et à l'innovation. Le premier niveau de ce soutien sont les Allocations de recherche doctorales (Ared). « Nous octroyons entre 80 et 100 allocations par an, dont une partie en cofinancement. Actuellement nous avons 250 Ared en cours puisqu'elles sont attribuées pour une durée de trois ans ».

Au total, le budget de la Région pour l'enseignement supérieur et la recherche est d'environs 25M d'euros, auquel vient s'ajouter le financement dans le cadre des pôles de compétitivité. « Nous consacrons 7M d'euros aux doctorants. Entre 2004 et 2007, ce budget a été multiplié par deux. Aujourd'hui nous sommes dans une phase de stabilisation. Nous allons essayer de nous maintenir à ce niveau jusqu'en 2010 ». Ce budget comprend les Ared, mais aussi des déplacements à l'étranger pour les doctorants et le co-financement des Doctoriales, un colloque pour l'insertion professionnelle des doctorants organisé par les Écoles doctorales bretonnes. « Un autre coup de pouce de la Région pour que ces jeunes puissent valoriser leurs compétences auprès des entreprises. En France, celles-ci ont encore une trop grande méconnaissance de la valeur des diplômés formés par la recherche à l'université ».

CG

__________________________________________________________



Article publié en Décembre 2007

dans Sciences Ouest n°249

image