Présentation

Le dôme qui dépasse des Champs Libres, et qui fait désormais partie de la silhouette du ciel rennais, est le planétarium de l'Espace des sciences. Dans ce lieu de découverte et de rêve, chaque séance s'invente en direct par un conférencier qui se base sur l'actualité, le public... et son feeling du moment. Aucun voyage dans l'Espace n'est le même !

Le spectacle unique des séances à la carte

95 fauteuils accueillent les visiteurs sur un sol incliné. Au-dessus d'eux, un écran de 14 mètres de diamètre s'étire sur une demi-sphère penchée. Un système très sophistiqué de vidéoprojecteurs projette des planètes, des étoiles et des galaxies. Derrière cette apparente magie se cache une grande puissance informatique, coordonnée par un des quatre médiateurs-conférenciers de l'équipe du planétarium. C'est lui qui est au centre du dispositif. Car ici, pas question de projeter, de manière passive, des spectacles achetés et préenregistrés.

« Nous souhaitions pouvoir piloter la machine en temps réel, explique Priscilla Abraham, co-responsable du planétarium. Pour adapter chaque séance à l'actualité et au public ».

La matière première pour construire une séance du planétarium, c'est l'actualité de l'Espace, des photos et les vidéos prises par les sondes interplanétaires, ou des télescopes spatiaux et terrestres. À partir de ces ingrédients, des centaines de séquences sont imaginées, par exemple « aller vers le Soleil », « quitter la Lune » ou « tourner autour de Saturne ». Ces mouvements sont ensuite ordonnés en fonction du voyage spatial souhaité... ce qui offre un nombre illimité de possibilités, en fonction du thème de la séance, par exemple une initiation à l'astronomie ou un voyage dans le Système Solaire. « Nous sommes à l'affût de l'information, résume Bruno Mauguin. Et notre but n'est pas d'apporter des réponses mais plutôt d'interpeler le visiteur par l'Infiniment Grand».

Fous d'astronomie

Priscilla Abraham et Bruno Mauguin sont les deux responsables du planétarium de l'Espace des sciences. Spécialistes et passionnés d'astronomie, ils nous font partager leurs coups de cœur.

Bruno Mauguin
« La technologie numérique du planétarium permet de montrer n'importe quelles images. J'aimerais beaucoup projeter un jour dans le planétarium des images de constructions anciennes, dont l'édification a été pensée en fonction de certains phénomènes astronomiques. De tout temps, l'Homme a été attiré par le ciel. Ainsi, chacun dans leur coin, Mayas, Babylonniens et Égyptiens ont eu le même désir de s'en rapprocher en construisant des pyramides ! »

Priscilla Abraham
« J'ai un penchant particulier pour l'approche de l'histoire de la planète Mars. Dès les premières observations, il y a quatre siècles, cette planète a suscité tellement de fantasmes ! Des astronomes y ont vu tomber de la neige, ou des feuilles. À la fin du XIXe siècle, Mars a été une source d'inspiration de bien des romanciers. En 1947, le soviétique Tikhov, convaincu de l'existence d'une végétation martienne, voulait doter l'institut de physique et d'astronomie de l'Académie du Kazahkstan d'une chaire d'astrobotanique ! Ces convictions ont eu le mérite d'alimenter une soif de connaissances, qui finalement a fait progresser la science ».

Les travaux de 2013

Le 23 février 2013, le planétarium de l’Espace des sciences a réouvert ses portes après seulement huit semaines de travaux. Pourquoi ces travaux ? Au cours des six dernières années, fort de son succès grandissant, l’équipe du planétarium vous a présenté une palette de séances, régulièrement élargie pour mieux répondre à votre demande. En effet, de trois initialement prévues quotidiennement, le planétarium a proposé en semaine cinq à six séances par jour. De ce fait, nos vidéoprojecteurs ont accusé un vieillissement accéléré. En 2012, notre matériel de diffusion a atteint ses limites de fonctionnement aussi pour éviter le risque des pannes devenant récurrentes, il devenait nécessaire de le changer pour pouvoir continuer à vous offrir des séances de qualité. Notre système de projection d’ancienne génération a été entièrement renouvelé et a laissé place à une technologie numérique de pointe, nous permettant de vous offrir maintenant un ciel d’une meilleure qualité. De plus, le dôme écran a également subi d'importants travaux de réfection pour être en conformité avec les caractéristiques exigées par ces nouvelles technologies de diffusion. Depuis avril 2014, des séances en 3D relief sont proposées. Elles sont l'aboutissement d'une longue histoire (bretonne) de développement des planétariums numériques !