L'haptique, le braille des surfeurs non voyants

ACCUEIL > Sciences Ouest > Année 2004 > 207 > Dossier du mois > Les nouvelles technologies dans la cité > L'haptique, le braille des surfeurs non voyants
Introduction
Un premier rendez-vous
Domotique et réseaux intérieurs, une originalité bretonne
Delta Dore remet la domotique au goût du jour
Les nouvelles technologies au service de la médecine et du handicap
L'haptique, le braille des surfeurs non voyants
Reconstruire la parole
La maison de demain
Pour en savoir plus

 
 

 


L'
haptique(1) ,
le braille des surfeurs non voyants

La France compte trois millions de déficients visuels dont 60 000 aveugles. Peu de services sont pourtant adaptés à ces personnes. Depuis plusieurs années, France Télécom R&D prend en compte les personnes handicapées dans ses projets de recherche. Rencontre avec une équipe de Rennes travaillant sur un service de Web haptique.

Copyright : France Telecom R&D
Des scénarios ont été réalisés pour illustrer les nouveaux services :
ici un jeu permettant à voyants et non - voyants de collaborer.

Qui a déjà imaginé se passer de télécommande pour changer de programme ou baisser le son de la télévision, de la chaîne HiFi ou du DVD ? Cet objet, dont on a même maintenant au moins 3 ou 4 exemplaires alignés sur le bord du meuble du salon, a pourtant été conçu initialement pour les personnes handicapées. C'est également le cas du téléphone à grosses touches créé pour les mal voyants et qui rencontre un véritable succès auprès des garagistes par exemple, ou encore du système de commande par les yeux destiné aux tétraplégiques et qui peut s'avérer très utile pour tourner les pages d'un livre de recettes quand les mains sont dans la farine !


Accessibilité pour tous

Au-delà du fait que les contraintes sont sources de créations et d'innovations, France Télécom R&D prend en compte le handicap dans ses recherches depuis plus de deux ans : le projet " défiScience ", qui se décline sous plusieurs études -déficiences physique, auditive et visuelle -, concerne une vingtaine de personnes réparties sur tout le territoire. À Rennes, Odile Cornil, Isabelle Rannou et Éric Pouriel travaillent sur le développement de nouveaux services pour des personnes non voyantes et mal voyantes : un service de Web haptique. " L'idée de départ, précise Odile Cornil, est de partir d'une situation extrême, ici la déficience visuelle, pour créer des services accessibles à tous ". Pas question en effet de créer deux sites Internet parallèles, un pour les voyants, un pour les non voyants ! " Le désir exprimé par toutes les personnes handicapées que nous avons rencontrées est clair : faire comme tout le monde, utiliser les mêmes outils, les même objets que les autres ", explique Isabelle Rannou. Or les recherches montrent vite qu'il n'existe pas grand-chose d'accessible par tous. La société actuelle qui privilégie l'image et le graphisme, ne prend pas du tout en compte les déficients visuels : il n'existe par exemple aucun jeu vidéo pour les mal voyants. " Or les enfants sont demandeurs ! J'ai rencontré un enfant mal voyant maîtrisant parfaitement un jeu électronique rien qu'au son ! ", poursuit-elle.


Ludique et haptique

Les premières étapes du projet Web haptique ont consisté d'une part à faire le point sur la technique : souris, bras articulé avec sensation de retour de force, ou gant (cette dernière technologie étant encore très confidentielle vu son prix) et d'autre part à déterminer le type de public (jeunes seniors, adultes et enfants) et ses attentes. Celles-ci se révèlent être concentrées autour de la recherche d'informations, des échanges et du jeu.
Des exemples de services pouvant être rendus grâce à l'haptique ont alors été illustrés, comme la préparation d'un voyage : en plus de l'environnement sonore couramment utilisé, un non voyant pourra appréhender la carte d'un pays en en suivant le contour à l'aide d'une souris haptique, c'est-à-dire qui transmet des changements de sensation (vibrations par exemple) selon qu'elle se trouve sur la terre ou sur la mer.
Dans la suite du cheminement de l'étude (réalisation des prototypes et des tests avec les utilisateurs), c'est la thématique du jeu qui a plutôt été privilégiée. " Le jeu est en effet un thème consensuel qui concerne une population très à l'aise avec les nouvelles technologies et qui implique des échanges inter générationnels ou encore entre non voyants et voyants ", explique encore Odile Cornil. 2004 sera donc ludique...

NB

Contact : Odile Cornil, tél. : 02 99 12 42 95,
odile.cornil@francetelecom.com



Souris haptique


Partenaires et références du projet déficiences visuelles

  • Le CESDVA : Centre d'éducation sensorielle pour déficients visuels et aveugles à Rennes. Madame Loriau (directrice depuis 2003), madame Lebrun et monsieur Lardic (précédent directeur).
  • Bruno Quellec de l'IPIDV (Institut pour l'insertion des déficients visuels) à Brest, pour son rapport "Impressions nocturnes", diplôme universitaire des professionnels de l'insertion des travailleurs handicapés, décembre 1997.
  • Bruce Roy, architecte, pour son rapport "L'invisible sensible", projet d'établissement d'enseignement pour enfants déficients visuels, juin 1996.

NOTE :
(1) Haptique : (du grec haptein qui veut dire toucher), qui désigne des interfaces donnant des sensations par le toucher, notamment par le retour d'effort. L'haptique permet de toucher et manipuler des objets virtuels ou distants.