L’arénicole à la rescousse

L’arénicole à la rescousse
L’arénicole à la rescousse

Laëtitia Rouxel

Inspiré par : " De l’hémoglobine dans la marine !"

Le ver marin, celui qui fait des tortillons de sable sur les plages, possède une molécule particulière issue de l’hémoglobine que les chercheurs CNRS de la Station biologique de Roscoff ont réussi à isoler. C’est un transporteur d’oxygène qui a l’avantage de se situer en dehors des cellules sanguines, ce qui évite tout problème d’incompatibilité de groupes et de rhésus. Il fonctionne comme une éponge : dans un milieu déjà riche en oxygène, il le stocke ; quand le taux d’oxygène du milieu diminue, il en rejette.

Cette découverte a donné naissance à la société Hémarina en 2007. Basée à Morlaix, l’entreprise cherche aujourd’hui à commercialiser ses produits pour différentes applications : des pansements pour favoriser la cicatrisation ; des solutions de préservation d’organes destinés à une greffe qui permettent une meilleure conservation et une reprise de fonction plus rapide après transplantation. L’évaluation préclinique d’un produit sur des greffons de reins est en cours, tandis que l’US Navy a signé, en 2011, un accord de recherche de trois ans avec Hémarina.

A relire dans Sciences Ouest n°286, avril 2011