Portraits

© DR
Marjolaine Simon
Microbiologiste
Le poster qu'elle a réalisé pour présenter ses recherches a remporté un prix décerné par des lycéens lors des Doctoriales, qui se tenaient à Lorient du 3 au 7 décembre dernier.
« La molécule que je cherche pourrait aider à lutter contre des bactéries infectieuses »
Marjolaine Simon est en deuxième année de thèse au laboratoire de biotechnologie et chimie marines à l'Université de Bretagne Sud, à Lorient.

Je cherche à isoler une molécule secrétée par une bactérie marine du golfe du Morbihan. Cette molécule - ou ces molécules, car elles sont peut-être plusieurs - agit sur le comportement des autres bactéries. Lorsqu’elles se regroupent, les bactéries forment une structure particulière : biofilm, et produisent une sorte de mucus. La molécule que je cherche inhibe la formation de ce biofilm ! Cela peut être intéressant pour lutter contre certaines bactéries responsables d’infections, car il les protège des antibiotiques.

Je m’intéresse donc au fonctionnement de cette inhibition sur différentes souches de Pseudomonas aeruginosa, une bactérie connue pour causer des infections très graves chez les patients atteints de mucoviscidose, ou chez les personnes dont les défenses immunitaires sont très faibles. D’un côté, j’étudie ces souches et surtout les caractéristiques de leur biofilm. De l’autre, sur des lames de verre, je les mets en présence de toutes les molécules produites par ma bactérie marine. Au microscope confocal à balayage laser, je compare comment se forment les biofilms, de quelques micromètres d’épaisseur, avec ou sans molécules actives. Et j’observe des différences, plus ou moins marquées selon les souches !

En identifiant les molécules actives et leur mode d’action, nous pourrions comprendre comment dégrader les biofilms pour faciliter l’action des antibiotiques, voire empêcher leur formation, et ainsi éviter les infections chroniques.

Tabs

Propos recueillis par
Céline Duguey

Ajouter un commentaire