Portraits

Nataliya Kosmyna
Informaticienne
Elle effectue son postdoctorat à Inria Rennes - Bretagne Atlantique depuis décembre 2015, dans l’équipe Hybrid dirigée par Anatole Lécuyer.
«J’étudie les interactions entre cerveau et ordinateur.»
Nataliya Kosmyna fait partie des trente jeunes femmes qui viennent de recevoir une bourse L’Oréal-Unesco Pour les femmes et la science 2016.

J’étudie les interactions entre le cerveau et un ordinateur, de manière à capter l’activité électrique, même très faible, du cerveau et à l’utiliser pour contrôler des objets connectés.

Pour bien comprendre comment cela fonctionne, j’utilise une démonstration qui consiste à faire décoller et atterrir un drone sans bouton ni télécommande, juste avec la pensée. Le bouton “décollage” est remplacé par le fait d’imaginer un nuage et celui pour atterrir par le fait de penser à une surface de pelouse. Chacun peut choisir l’image qu’il veut. Il faut juste qu’elle soit facile à retrouver et précise. Penser à quelque chose génère, dans le cerveau, un signal électrique. Et chaque image mentale a sa propre signature électrique. Au laboratoire, nous utilisons un casque - ou bonnet - équipé de seize à trente-deux capteurs pour récupérer ces signaux qui sont ensuite amplifiés, traités par l’algorithme puis associés à une action.

Même si la technologie est déjà utilisée dans des jeux, avec des casques de commerce, elle n’est pas encore fiable à 100 %. Mais elle a d’autres applications : comme par exemple de permettre à des personnes paraplégiques d’actionner des objets. Pour ma thèse à Grenoble, j’ai travaillé sur l’équipement d’un petit appartement dans lequel on pouvait ouvrir et fermer les portes et les volets, allumer et éteindre la télé et le four à micro-ondes... Si on a 75 % de réussite, c’est déjà énorme pour des personnes fortement dépendantes. Les progrès viendront des recherches sur les algorithmes et en neurosciences, mais aussi du travail sur les interfaces (design et coût du casque) et de l’écoute du public car c’est avec lui qu’il faut construire les applications.

Tabs

Propos recueillis par
Nathalie Blanc

Ajouter un commentaire