L'archéologie prend le métro

Depuis deux ans, des vitrines ont fait leur apparition dans la station de métro Sainte-Anne, à Rennes, pour présenter les vestiges archéologiques trouvés lors du creusement du tunnel.



Des copies des objets trouvés lors du creusement du métro

sont exposées dans la station Sainte-Anne.



Françoise Berretrot



Une exposition dans le métro... L'idée, déjà développée dans certaines stations parisiennes, trouve tout son sens à Rennes, puisque les objets présentés à l'entrée de la station Sainte-Anne ont été découverts lors de la construction du métro, en 1998. Une cinquantaine de pièces, mises au jour par les archéologues de l'Inrap  et datées entre le XVe et le XVIIIe siècle, proviennent des latrines de l'hôpital Sainte-Anne. Des céramiques de l'époque gallo-romaine, découvertes place Hoche, lors du creusement d'un parking souterrain, sont également exposées. « La Ville de Rennes est à l'initiative de cette exposition atypique et nous a chargés de la réalisation, explique Françoise Berretrot, conservatrice au Musée de Bretagne. Comme nous sommes dans un lieu de passage, nous avons choisi des objets du quotidien, en oubliant la chronologie ». Par contre, la station de métro n'est pas un lieu adapté à la conservation. Clés, dés, jeux, peignes, chaussures ont été reproduits par des artisans céramistes, plasticiens, verriers. « Nous avons essayé de reproduire les fractures des pièces originelles... en cassant les objets copiés ! Certains ont été refaits plus de quinze fois. » Quant aux originaux, ils sont précieusement conservés au Musée de Bretagne. AV

Contact : Françoise Berretrot, tél. : 02 23 40 66 86, f.berretrot@leschampslibres.fr

1 Inrap : Institut national de recherches archéologiques préventives.