D'où viennent les noms de famille ?

Questions de sciences
L'homme
Le langage

Ils nous arrivent du Moyen Âge ! Vers l'an 500, un habitant de la future France n'a pas encore de nom, mais seulement un prénom. Comme ailleurs en Europe, ce prénom est souvent d'origine germanique. Il est composé de morceaux des prénoms du père et de la mère. Par exemple, si Willemus a un enfant avec Bertildis, leur garçon peut s'appeler Willibert. A partir du 10e siècle, les prénoms se transmettent, en entier, de père en fils. Puis l'influence chrétienne se renforce, avec d'avantage de Jean ou de Marie. Vers 1100, on ajoute un surnom, par exemple Bertrand Le fort, Le grand ou Du bourg. En quelques générations, ces surnoms sont transmis aux enfants : le fils Le boucher gardera ce surnom, même s'il devient charpentier !

Un million de noms

Jusqu'au 16e siècle, on peut changer facilement de nom. Par exemple, prendre celui de sa femme, lorsqu'elle a un nom célèbre, pour montrer que l'on possède son château. Pendant longtemps, l'orthographe n'est pas fixée, on s'appelle Durant ou Durand, mais au 19e siècle, l'enregistrement précis devient obligatoire. Aujourd'hui, la France est le pays d'Europe qui compte le plus de noms de famille, soit environ un million ! Ce stock varie selon les régions et se renouvelle : il y a plus d'apparitions de noms que de disparitions.