Comprendre le réchauffement climatique

Depuis leur création les Mardis de l'Espace des sciences ont accueilli de nombreux spécialistes du réchauffement climatique. Ces conférences scientifiques destinées au grand public permettent de faire le point sur l’état des connaissances.

© GIEC

Moments clés : les conférences sur le climat

Les COP (Conference of Parties), rencontres internationales sur le climat sont l'occasion pour les scientifiques de faire un état des lieux et pour les états de discuter d'actions communes. Jean Jouzel, membre du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) fait le bilan après la COP 15 en 2009 : Réchauffement climatique : où en sommes-nous après Copenhague ? En 2015, c'est la paléoclimatologue Valérie Masson-Delmotte qui intervient sur le thème Changements climatiques : état des lieux et enjeux de la COP21, deux mois avant la rencontre qui verra la signature de l'accord de Paris sur le climat, de même Jean Jouzel proposait alors aux gouvernements de passer du constat à l'action. Suite à ce tournant politique, c'est l'océanographe et géochimiste Catherine Jeandel qui viendra à Rennes pour parler de l'après Cop 21.

Le climat : comprendre son histoire pour mieux anticiper

Valérie Masson-Delmotte est spécialiste de l'histoire du climat. À ce titre, elle prélève en profondeur des glaces polaires dans lesquelles sont emprisonnées les indices de ce que fut le climat terrestre à travers les âges. À deux reprises, elle est intervenu à l'Espace des sciences pour faire un état de ces recherches : en 2010 et en 2012.

Réchauffement du climat : la faune et la flore impactée, notre environnement bouleversé

Parmi les conférenciers nombreux sont ceux qui témoignent des dégâts déjà réels et des menaces à venir que le réchauffement cause dans notre environnement. On a maintes fois évoqué le sort de l'emblématique ours polaire (Rémy Marion en 2008), mais aussi du plancton (Guy Jacques en 2007), des vignes (Hervé Quénol en 2012)...

Ainsi, Yves Frénot, Directeur de L'IPEV évoque la biodiversité et les changements globaux en Antarctique, alors que le médecin épidémiologiste Philippe Quenel constate de nouvelles menaces sanitaires dues au réchauffement. Et bien sûr, le niveau des mers sur lequel Hervé Le Treut, climatologue faisait ses projections en 2011.

Ajouter un commentaire