Jusqu’où s’arrête l’Espace ?

On ne sait pas !

Autrefois les Hommes pensaient que L'Univers était uniquement constitué d'étoiles et de planètes. Le Soleil et la Lune faisaient d'ailleurs partie de la famille des planètes car on pensait que la Terre était au centre de l'Univers.

Puis, on a compris que la Terre tourne autour du Soleil et que le Soleil n'est qu'une étoile parmi des milliards d'autres formant notre galaxie la Voie Lactée.

Depuis cent ans environ, on a découvert des milliards d'autres galaxies, chacune riche de centaines de milliards d'étoiles.

Les télescopes modernes sont de plus en plus puissants et permettent de voir de plus en plus loin mais malgré cela nous ne voyons toujours pas la limite de l'Univers.

L'univers observable.

Aujourd'hui, on sait aussi que l'on ne peut voir qu'une toute petite partie de l'Univers.

En effet, malgré les progrès de la technologie actuelle l'ensemble de toutes les galaxies observées ne représente que 5 % de l'Univers.

Texte : Dominique Galiana, Nicolas Guillas. Dessins : William Augel.

Ajouter un commentaire

Vous autorisez l'Espace des sciences à conserver les données transmises avec votre commentaire. Vos données personnelles

mériterait un remaniement

Bonjour,
L'idée de traiter ce sujet est intéressante mais poser la question de cette manière est trompeur, de même que dire "En effet, malgré les progrès de la technologie actuelle l'ensemble de toutes les galaxies observées ne représente que 5 % de l'Univers.".

Nous connaissons bien des choses sur les "dimensions" de l'univers, bien plus que ce que vous sous-entendez. La réelle limite n'est pas la technologie mais le fait que l'univers ait un âge, soit en expansion et que la vitesse de la lumière soit limitée (parmi d'autres limites). Nous ne pouvons pas voir "plus loin", en réalité "plus vieux", que le fond cosmologique (qui lui est bel et bien observé).

La question que vous posez mériterait à mon sens d'être reformulée et retraitée afin d'être correctement vulgarisée. Le raccourci qui est fait ici engendre une erreur d'interprétation.

Bonjour. Nous vous remercions

Bonjour. Nous vous remercions beaucoup pour votre remarque pertinente sur le côté trompeur du titre qui est effectivement ambigu. Les auteurs de l’article tenaient particulièrement à ce titre, à nos yeux maladroit malgré nos recommandations en tant que correcteurs. Nous allons donc faire modifier le titre.

Vous avez tout à fait raison sur le fait que le fond diffus cosmologique a bien été observé et qu’il existe bien. Donc l’Univers a bien un "fond", en quelque sorte. Les auteurs de l’article nous disaient que les mots « fond » et « Espace » étaient plus compréhensibles pour un enfant que les mots « limite » et « Univers ». Soit ! Mais nous sommes d’accord avec vous qu’ils prêtent vraiment à confusion.

L’idée première de cet article destiné aux enfants est de montrer qu’on ne sait pas si l’Univers a des limites ou pas et qu’au fil du temps et de notre connaissance, les limites supposées sont sans cesse refoulées. Ainsi la conception qu’on se fait de l’Univers évolue sans cesse grâce aux outils et aux observations réalisées. Ensuite, la deuxième idée est de faire découvrir à l’enfant que l’Univers étudié aujourd’hui ne se limite pas uniquement qu’à ce qu’on peut voir avec ses yeux. Et c’est volontairement que nous n’avons pas été plus loin, sous entendant que si on ne voit que 5% de l’Univers, il reste encore plein d’autres choses à découvrir.

Vous comprendrez bien qu’auprès des enfants, nous ne pouvons pas aborder les notions de « matière noire », « d’énergie noire », « d’horizon cosmique », « d’Univers Bulles », de physique quantique, etc... Déjà, pour la plupart des enfants : qu’est ce qu’une galaxie ? Effectivement, comme vous l’écrivez, nous savons plus de choses que ce qui est sous entendu dans l’article. Il faut juste laisser le temps à certains de ces jeunes lecteurs de découvrir tout cela plus tard quand ils auront enfin l’âge de comprendre... et peut-être même de faire progresser à leur tours la Connaissance. Qui sait !

Cordialement

Priscilla Abraham et Bruno Mauguin