Le génome : une voie nouvelle de travaux

© DR

Les effets des changements globaux à l’échelle de notre planète sont déjà perceptibles.
Nous savons en estimer l’ampleur à travers les variations du niveau des mers, de l’épaisseur des glaces, de l’érosion, de la biodiversité, des ressources énergétiques...
Il reste à mettre en œuvre les moyens d’en limiter l’épuisement ou la progression selon les cas.
C’est l’objectif du développement durable.
Le séquençage du génome humain, achevé en 2003, a ouvert un vaste champ de recherches et de réflexions sur l’unité du monde vivant et les mécanismes de son évolution. Sur chaque modèle biologique reposent des voies nouvelles de travaux aux prolongements insoupçonnés, vers la santé, l’environnement et la préservation de la biodiversité. Souhaitons que l’appropriation sociale de ces connaissances les protège des dérives spéculatives et dogmatiques.

Paul Trehen
Président de l’Espace des sciences