La vie des îlots à la loupe

N° 255 - Publié le 4 décembre 2014
© Nicolas Guillas
La récupération des pièges à rats à Kervouroc est toujours un peu sportive.

Magazine

4324 résultat(s) trouvé(s)

Le Conservatoire du littoral inventorie la vie terrestre des îlots. Cela complète les actions marines du parc.

Au mois d’avril, deux îlots de l’archipel de Molène ont reçu la visite d’agents du Conservatoire du littoral. Comme plus de 80 autres îlots en Bretagne, Kervouroc et Morgol, entièrement rocheux, sont en cours d’affectation au Conservatoire du littoral(1).

Un programme d’inventaire est lancé pour mettre en place une gestion adaptée. Trois agents se rendent, entre avril et septembre, sur chacun des îlots. Ils recensent les espèces animales, végétales, les habitats, la géologie, mais aussi les traces d’activités humaines de diverses époques (éléments mégalithiques, fours goémoniers).

Pièges à insectes

« Nous commençons par installer des pièges pour les insectes et les petits mammifères, puis nous inventorions les espèces végétales, explique Louis Dutouquet, chargé de l’inventaire. Quand nous ne les connaissons pas, nous prenons des photos et rapportons des échantillons pour les identifier. » Les trois scientifiques surveillent les nids, terriers, crottes de lapins ou de renards, qui révèlent la présence d’animaux. « Nous retournons plusieurs fois sur le même îlot, car nous ne voyons pas tout dès la première visite. C’est le cas pour les oiseaux, mais aussi pour les plantes. » L’étude d’un îlot se termine par la cartographie des habitats : pelouses, éboulis, laisses de mer...

Reposoirs à phoques

Seulement six espèces végétales ont été trouvées à Kervouroc... et deux à Morgol !
« Cette pauvreté est due, entre autres, à l’activité des oiseaux marins », souligne Louis Dutouquet. Les îlots servent de site de nidification, mais aussi de reposoir pour les oiseaux migrateurs, comme la locustelle tachetée ou le rouge-queue noir, observés lors des inventaires. Les phoques gris viennent aussi s’y reposer. « À terme, nous voudrions créer une réserve naturelle éclatée sur ces îlots, tout autour de la Bretagne, explique Louis Dutouquet. Il faut bien les connaître pour mettre en place une gestion pertinente, choisir des priorités d’actions adaptées à chaque îlot. » L’inventaire sera poursuivi tous les ans, jusqu’en 2010, pour avoir un état des lieux sur plusieurs années, et éventuellement avec des conditions climatiques différentes.

La faune et la flore de tous les îlots bretons

Un premier inventaire des îlots de la côte Atlantique a déjà été réalisé, il y a plus de 10 ans. Mais il ne concernait que la géomorphologie et les traces d’occupation. « J’ai passé quatre ans à vérifier sur le terrain les données des cartes et des photos aériennes », commente Louis Brigand, géographe à l’Institut universitaire européen de la mer. De son travail est née la base de données Basîles. Elle sera complétée par l’inventaire en cours, qui s’intéresse aussi à la faune et à la flore.

Louis Brigand
Tél. 02 98 49 86 87
brigand@univ-brest.fr
Alice VETTORETTI

(1)Le Conservatoire du littoral est l’établissement public chargé de la protection des espaces naturels et des paysages sur les rivages maritimes et lacustres.

Louis Dutouquet
Tél. 02 96 33 66 32
l.dutouquet [at] conservatoire-du-littoral.fr (l[dot]dutouquet[at]conservatoire-du-littoral[dot]fr)

TOUT LE DOSSIER

Abonnez-vous à la newsletter
du magazine Sciences Ouest

Suivez Sciences Ouest