Poisson pilote des aires marines

255
juin 2008
© Yves Gladu
Le patrimoine naturel de la mer d’Iroise où vivent plus de 120 espèces de poissons est exceptionnel.

L’Iroise aux mille richesses et mille usages est stratégique pour inventer le développement durable de la mer.

Pourquoi le parc marin a-t-il été créé ici, dans ce périmètre de 3 500 km2 ? « En croisant les données sur les sédiments et les roches, la bathymétrie et la zone éclairée, où la lumière pénètre le plus, on découvre en mer d’Iroise une mosaïque d’habitats marins très intéressants », explique Philippe Le Niliot, chargé de mission au parc. Pour dessiner le périmètre du parc, les « frontières naturelles entre les masses d’eaux chaudes et celles un peu plus froides », ont été prises en compte. Ces “fronts thermiques” font partie des phénomènes océanographiques locaux, très originaux, dus aux grands mouvements des masses d’eaux.

Ici se cachent tous les types de fonds marins bretons, depuis les dunes sous-marines et les récifs, jusqu’aux plates-formes rocheuses. On y trouve le plus grand champ d’algues d’Europe, presque toutes les espèces de poissons de la côte atlantique et de la Manche, des centaines d’invertébrés marins, des phoques, des dauphins et des populations résidentes d’oiseaux. Toute cette richesse, difficile d’accès pour l’homme pendant l’hiver, fait du parc marin une zone d’intérêt national pour la conservation de la biodiversité. « Sa position est stratégique dans l’Atlantique Nord : nous sommes aux premières loges pour suivre des changements plus globaux de l’environnement. »

© Shom, Ifremer, Gebco,IGN/Mission parc marin d’Iroise

« La gestion concertée des ressources »

Ces richesses génèrent des activités. On trouve ici tous les types de métiers de la pêche maritime, 350 armements à la pêche y font vivre 700 marins-pêcheurs, 40 000 tonnes d’algues sont extraites chaque année, c’est le paradis pour la pêche de loisir et le tourisme ! « Dans ce contexte où les usages sont multiples, le parc veut être pilote dans la gestion concertée des ressources halieutiques. » L’autre originalité de ce premier parc marin est ainsi d’associer l’ensemble des acteurs, dans un conseil de gestion : cette gouvernance qui prend en compte l’environnement naturel marin... et ses ressources. 

Tabs

Nicolas GUILLAS

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER