Ils ont trouvé d’où vient l’iode

256
juillet 2008
© DR

Une équipe de la station biologique de Roscoff explique le rôle des algues dans le cycle de l’iode.

L’iode présente dans l’eau de mer est absorbée par les algues avant d’être rejetée dans l’atmosphère, de provoquer des précipitations et de se retrouver sur la terre. « Ce qui signifie que le lait des vaches est probablement plus iodé en zone côtière qu’ailleurs », souligne Philippe Potin.

Le chercheur de la station biologique de Roscoff vient de mettre en évidence le cycle de l’iode et, en particulier, de trouver les pièces manquantes du puzzle.

« Depuis au moins un siècle, les scientifiques se demandent à quoi sert autant d’iode dans les algues et sous quelle forme elle s’y trouve », pose le chercheur. Avec son équipe de Mécanisme de défense des algues marines, il travaille sur le sujet depuis huit ans et collabore avec des chimistes spécialistes.

En mai, il a publié sa réponse. Ce qui bloquait les scientifiques, c’était la forme chimique de l’iode au sein des algues. Philippe Potin, grâce au rayonnement synchrotron, a montré qu’il s’agit d’iodure. L’algue la stocke à l’extérieur de la cellule. Ainsi, en période de stress ou de marée basse, elle peut s’oxyder au contact de l’oxygène et être larguée dans l’atmosphère. Elle réagit alors très vite avec l’air pour former, au terme d’une série de réactions, des microparticules responsables de la condensation et de la formation de nuages qui donnent lieu à de petites pluies. 

Renseignements

Philippe Potin
Tél. 02 98 29 23 75
potin@sb-roscoff.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ