Portraits

© Nicolas Guillas
Muriel Hissler
37 ans
Chimiste à l’université de Rennes1
Une scientifique à la trajectoire rapide, professeur des universités et membre de l’Institut universitaire de France, interviewée par Nicolas Guillas.

Parfois, un étudiant a l’intuition d’ajouter une molécule dans une réaction chimique. Le choix ne semble pas rationnel... mais il donne des choses intéressantes !

1

Qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas été chercheur ?

Je voulais être chirurgien, mais le nombre d’années d’étude m’a fait peur. Je voulais aider les autres, je le fais en m’occupant des étudiants.

2

Aujourd’hui, qu’avez-vous trouvé ?

Le maillot de bain de ma fille : elle l’a oublié ! Plus sérieusement, nous avons trouvé cette semaine des contacts pour financer deux thèses, à Paris et en Norvège, pour deux étudiants en master.

3

Le hasard vous a-t-il déjà aidé ?

Oui. Parfois, la réaction chimique A+B donne D, au lieu de C. On ne s’y attend pas ! Les molécules synthétisées peuvent avoir des comportements inattendus et intéressants.
Cela nous donne des idées pour de nouvelles pistes.

4

Qu’avez-vous perdu ?

Pour ma carrière, je n’ai pas perdu de temps ! Mais j’en ai perdu pour ma famille. Heureusement, mon conjoint s’occupe bien des enfants. Quand on est enseignant-chercheur, l’enseignement prend beaucoup de temps, on en manque alors pour la recherche, et inversement ! C’est le problème de notre fonction.

5

Que faudrait-il mieux ne pas trouver ?

ne pas trouver ? Des molécules pour fabriquer des bombes et des gaz de combat. Si nous découvrons par hasard des molécules aux propriétés pyrophoriques, qui s’enflamment au contact de l’air, nous ne les exploiterons pas.

6

Quelle est la découverte qui changerait votre vie ?

La découverte d’une nouvelle source d’énergie ! De manière plus réaliste, nous développons dans notre laboratoire des diodes électroluminescentes qui contiennent des molécules à base de phosphore, pour des éclairages consommant peu d’énergie. C’est une autre façon de révolutionner les choses, car la réduction de la consommation d’énergie est un problème majeur de nos sociétés.

7

Qu’est-ce qui vous ferait douter de la rationalité ?

Certaines discussions avec les étudiants. Parfois, un étudiant a l’intuition d’ajouter une molécule dans une réaction chimique. Le choix ne semble pas rationnel, mais il donne des choses intéressantes ! Là, on sort des sentiers battus.

Ajouter un commentaire