Les cartes marines des Côtes-d’Armor passent du XIXe au XXIe siècle

257
septembre 2008
© Michèle Le Goff

Le Service hydrographique et océanographique de la marine effectue des relevés de Lannion à Bréhat.

Les cartes marines dont se servent les marins costarmoricains datent du XIXe siècle. Le Service hydrographique et océanographique de la marine (Shom) les actualise. Basé à Brest, il est à l’origine de toutes les cartes marines officielles françaises.

Le Laplace, navire de la Marine nationale, doit reprendre ce mois-ci sa campagne de relevés au large des Côtes-d’Armor. À son bord, huit hydrographes du Shom collectent des informations qui donneront lieu, d’ici quatre à cinq ans, à de nouvelles cartes marines. Leurs relevés, de Lannion à Bréhat, seront complétés par ceux d’autres équipes qui opèrent sur tout le nord de la Bretagne. Cette campagne, débutée en mai 2008, pourrait se poursuivre jusqu’à l’été 2010.

Le Laplace et ses deux vedettes sont équipés de différents sondeurs. L’un forme un ensemble de faisceaux acoustiques,

perpendiculairement à la route du bateau et couvre tout le sol. La durée du temps de parcours des ondes permet de déterminer la profondeur. Un autre, travaillant à plus basse fréquence, émet des ondes atteignant de plus grandes profondeurs. Il renseigne sur la nature du sol.

« Pour une surface d’un m2, nous recueillons et analysons environ 5 000 données », précise Ronan Le Roy, ingénieur hydrographe, devant un écran de la salle de commandes. « Ces informations sont complétées pour les zones non immergées (côte, îlots...) par des données extraites de photographies aériennes. »

En attendant la publication de cartes, les hydrographes émettent des avis, transmis aux marins, lorsque les données collectées indiquent un danger (massif rocheux, épave...), non représenté sur les cartes actuelles. 

Renseignements

Ronan Le Roy
Tél. 02 98 14 05 35
ronan.le.roy@shom.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ