Les mesures ne démentent pas les modèles de prévisions climatiques

257
septembre 2008
© Ifremer Ovide 2008

Les résultats 2008 de la campagne Ovide confirment la variation de la circulation marine.

La campagne Ovide 2008 s’est achevée cet été sur une inversion de tendance et une confirmation. Les mouvements d’eau entre le Portugal et le Groenland reprennent.

D’autre part, la salinité de l’eau profonde (1000 à 2500 m) continue d’augmenter. Durant 32 jours, 24 scientifiques embarqués à bord du navire océanographique Thalassa ont mesuré la température, la salinité et l’oxygène dissous de la mer, du Portugal au Groenland.

« Nous posons des jalons en réalisant ces mesures tous les deux ans depuis 2002 », précise Bruno Ferron, responsable de la campagne 2008. « Le but est d’observer, dans l’Atlantique Nord, la variabilité des courants engendrés par les différences de température et de salinité (circulation thermohaline). Nous pensons que ces variations sont liées aux modifications du trajet des dépressions (oscillations en latitude) qui se traduisent par des hivers plus ou moins rigoureux et des vents d’ouest plus ou moins violents », souligne l’océanographe de l’Ifremer(1).

« La prévision du climat pour les décennies à venir ne repose que sur les modèles mathématiques du Giec(2). Or ils ne sont pas à l’abri d’erreurs. Il est donc judicieux d’effectuer des mesures qui permettent de les confirmer ou de les invalider », commente le chercheur.

Les modèles justement prévoient « une diminution de la circulation thermohaline à hauteur de 20 à 50% d’ici 2100, liée à une hausse de la température atmosphérique moyenne de 2 à 6°C. » Ovide ne permet pas encore de confirmer ou d’infirmer cette prévision, mais souligne que « les circulations observées varient déjà beaucoup pour de petites périodes (moins de 10 ans). »

Tabs

Renseignements

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ