Une simulation plus vraie que nature

Grâce à la mise en réseau de simulateurs de conduite, policiers et gendarmes s’entraînent à la gestion de crise.

258
octobre 2008

Plusieurs motards patrouillent en ville lorsque, soudain, un appel radio signale une explosion au stade. Alerte orange Vigipirate, sécurisation du site, les forces de l’ordre s’organisent. Ceci n’est pas un fait divers, mais un scénario qui pourra être simulé grâce au projet Plastim, engagé début octobre. « L’idée, c’est de mettre en réseau plusieurs simulateurs de conduite – auto, moto, poids lourd... – dans un environnement virtuel afin que plusieurs personnes puissent participer, détaille Gérard Le Cam, directeur général adjoint d’ECA Faros, société lannionnaise porteuse du projet, spécialisée dans le développement de simulateurs.C’est là la véritable innovation. Avant, les simulateurs ne faisaient intervenir qu’une seule personne réelle dans un monde contrôlé par l’ordinateur. » Cet entraînement collectif à la gestion de crise concerne notamment les officiers de police ou de gendarmerie qui ont à intervenir sur des lieux d’accident ou d’attentat.

Son efficacité est analysée par les chercheurs du Lysic(1), un laboratoire spécialisé dans les sciences de l’éducation et la psychologie d’apprentissage liées à l’informatique. Labellisé par le pôle de compétitivité Images et Réseaux, le projet Plastim fait intervenir plusieurs PME et laboratoires de recherche.

Tabs

Renseignements

Gérard Le Cam
Tél. 02 96 48 56 97
gerard.lecam@faros.com

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ