Le Web2.0 : c’est parti !

261
janvier 2009

Avec le Web2.0 se développent de nouveaux usages d’Internet. En Bretagne, cela se traduit aussi par un nouvel environnement de travail : la West Web Valley !

Le Web est mort, vive le Web2.0. C’est une nouvelle façon d’utiliser la technologie Internet. Lors de la première vague Web, dans les années 2000, il s’agissait essentiellement d’un usage consultatif. Et très limité dans l’espace. Il fallait être devant un ordinateur, au bureau ou chez soi. « Aujourd’hui les internautes participent, analyse Cédric Williamson, chargé de mission à la Meito(1). En postant leurs vidéos, en créant leur blog, ou en s’inscrivant sur Facebook, par exemple. Et ils peuvent le faire depuis leur téléphone portable, dans la rue ! » Le Web2.0, c’est l’ensemble des nouvelles technologies qui permettent et accompagnent ces nouveaux usages. « L’évolution est énorme, mais heureusement, elle est transparente pour l’usager. »

Ces nouveaux usages ont donné naissance à de nombreuses entreprises, jeunes start-up. Ou même à des projets chez les grands groupes comme Orange et Cap Gemini. Pour les accompagner, la Meito les a rassemblés dans un projet baptisé West Web Valley.

« Son objectif est de fédérer les acteurs du Web2.0 dans l’Ouest, ajoute Cédric Williamson. Depuis la nuit des temps, on sait que l’on est plus fort à plusieurs. Et les chefs d’entreprises que nous rencontrons sont demandeurs de ces échanges. » En témoigne Daniel Gerges, fondateur de la start-up Weem (lire ci-dessous). « C’est une initiative que nous attendions. Lorsque je me suis lancé dans les technologies Web avec Weem, il y a trois ans, je me suis senti assez seul. Il n’existait pas d’infrastructure dédiée au Web, contrairement au domaine des télécoms. » Avec d’autres entrepreneurs, ils montent Web2 Rennes, un premier réseau d’échange. La West Web Valley, c’est l’étape supérieure. « Nous allons pouvoir mutualiser des ressources, par exemple le marketing, l’hébergement de serveurs, même les locaux..., détaille le chef d’entreprise, car nous avons tous les mêmes problématiques. »

La West Web Valley bretonne a de l’ambition. Elle vise une pole position en France et en Europe. « Nous ne pouvons pas concurrencer la Silicon Valley californienne, mais nous pouvons leur faire savoir qu’il se passe des choses dans l’ouest de la France. C’est le dynamisme et la créativité de la région – nous avons déjà identifié plus de 120 projets et entreprises Web – qui ont convaincu nos partenaires comme le Conseil régional ou le pôle Images et Réseaux, de nous suivre dans ce projet. » Un avis partagé par Daniel Gerges, convaincu que « les entreprises de demain peuvent naître en Bretagne, pour peu que se crée un bon écosystème. » 

Tabs

Céline Duguey

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ