La Bretagne soutient la créativité de ses chercheurs

264
avril 2009

La Région Bretagne récompense depuis 2006 la prise de risques scientifiques. Et cela porte ses fruits, comme le prouve le parcours des lauréats.

 

Ils planchent sur la certification de logiciels informatiques, la mise au point de bases de données pour l’océanographie, les mécanismes de réparation et le dynamisme de la molécule d’ADN ou sur l’étude de nouveaux phénomènes physiques... Les lauréats 2008 du concours régional Create seront peut-être des grands noms de la recherche de demain. Tout comme les deux autres générations de chercheurs bretons qui ont déjà bénéficié de ce dispositif. 

22 5000 € par projet

Create récompense la créativité et les thèmes de recherche exploratoires, et permet à des jeunes chercheurs (35ans en moyenne) de se lancer sur des sujets un peu risqués. Mais cela ne veut pas dire que la sélection n’existe pas. Sur les 152 dossiers reçus par le service recherche du Conseil régional, 30 ont passé le cap de la sélection internationale et 13 ont finalement été financés : 225 000 € maximum par projet pour trois ans. « Nous avons conçu Create comme un tremplin, explique Jean-Pierre Banâtre, un des cinq experts(1) sollicités par le Comité consultatif régional de la recherche et du développement technologique (CCRRDT) pour créer ce concours. Notre intention était bien que les lauréats postulent ensuite à d’autres concours d’envergure internationale. »
Mais ce que les lauréats saluent surtout, c’est la grande liberté dans la présentation des projets.

En figure libre

« Il existe très peu de programmes récompensés en “figure libre”, souligne Albert Benveniste, un des lauréats de la première édition, en 2006 (lire encadré ci-dessous). Personnellement, dans mes travaux, les questions les plus fécondes sont celles qui sont venues de l’extérieur. La recherche n’est pas une aventure individuelle. Il faut laisser les chercheurs créer leur propre réseau, selon un schéma choisi par eux et pas trop formaté. Ce que permet Create. » Ronan Fablet de Télécom Bretagne, récompensé en 2007 pour un projet à l’interface des Tic et de l’océanographie opérationnelle, ajoute : « Grâce à ce dispositif, j’ai pu monter une activité dans un nouveau domaine, sans avoir cinq ans d’expérience. »

Un brevet mondial

Et cela paye. « Nous dis-posons maintenant d’un brevet mondial sur les diodes blanches », explique Régis Réau de l’institut de chimie de l’Université de Rennes1 et lauréat Create en 2007. Pour Ronan Sauleau, spécialiste des ondes millimétriques à l’IETR(2), récompensé en 2006 : « Aujourd’hui, nous avons réussi un état de l’art sur le sujet et les gens viennent nous voir. C’est une vraie reconnaissance. » Et Ronan Sauleau semble suivre une voie aussi prometteuse que son aîné : il a reçu la médaille de bronze du CNRS le 20 mars dernier. Qui sera le prochain ?

Des travaux reconnuspar l’Académie des sciences

Il a reçu le prix France Télécom 2008 de l’Académie des sciences. Le Conseil régional salue à son tour ses travaux en lui remettant la médaille de la Région Bretagne, le 6 mars dernier. Directeur du laboratoire de recherche commun entre l’Inria Rennes et Alcatel-Lucent Bell Labs, Albert Benveniste est mondialement reconnu dans le domaine de l’automatique, de l’informatique et des télécoms. C’est lui qui, avec son collègue Paul Le Guernic, a inventé un langage informatique (le langage synchrone signal) utilisé aujourd’hui dans l’aéronautique et l’automobile… Il faisait partie des lauréats du concours régional Create, en 2006.

Renseignements encadré : 
Albert Benveniste Tél. 02 99 84 72 35 albert.benveniste@inria.fr

Tabs

Nathalie Blanc

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ