Les maths se forgent un avenir !

22 ans après sa première édition, le colloque “Maths à venir” veut donner un second souffle à la discipline.

Autonomie des universités, réorganisation du CNRS, baisse des effectifs étudiants en sciences... « Nous arrivons à un changement de génération, analyse Marie-Françoise Roy, chercheur à l’Institut de recherche mathématique de Rennes (Irmar) et coorganisatrice du colloque “Maths à venir”, les 1er et 2 décembre derniers à Paris, c’est un bon moment pour faire le point. »

273
février 2010

Aujourd’hui, la demande en mathématiques est énorme, dans l’industrie comme dans les autres disciplines scientifiques. Les maths sont aussi entrées dans le débat public, comme l’a montré la polémique sur les mathématiques financières, lors de l’explosion de la crise économique, fin 2008. Pourtant, elles gardent l’image d’une discipline scolaire, inutile et mal aimée. « Les mathématiques doivent se développer pour elles-mêmes, poursuit Marie-Françoise Roy, et s’ouvrir à d’autres domaines. » Le colloque, qui a rassemblé 700 personnes issues de divers horizons, aura permis de dégager des priorités : maths et éthique, maths et industrie, formation des jeunes... Les conclusions sont accessibles sur Internet, sous forme d’un texte et bientôt d’un spot vidéo. Elles seront aussi diffusées au salon de la culture et des jeux mathématiques 2010.

« De son côté, le CNRS veut s’inspirer de “Maths à venir” pour créer son institut des mathématiques. » En 1987, la première édition avait permis aux mathématiques de gagner leur indépendance au sein du CNRS et du ministère de la Recherche, avec la création de directions scientifiques spécifiques.

Renseignements

Marie-Françoise Roy, Tél. 02 23 23 60 20
marie-francoise.roy@univ-rennes1.fr
www.maths-a-venir.org

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ