Des nasses contre l’appétit des orques

274
mars 2010
© CNRS - CEBC - Paul Tixier

Scientifiques et professionnels de la pêche à la légine ont travaillé ensemble pour empêcher les orques de dévorer ces précieux poissons !

Certificats de débarquement, gestion des stocks, taille limite de captures..., après des années de braconnage, la pêche à la légine, un des poissons les plus chers au monde, est aujourd’hui bien encadrée.

Mais il faut compter avec les orques, devenues prédatrices opportunistes de ce poisson, habituées des eaux froides de l’océan Austral. Les voraces trouvent bien pratique de se servir directement sur les lignes, lorsque les pêcheurs les remontent. Ce self-service impacte sérieusement leur système alimentaire et déséquilibre les quotas de pêches. Pour y faire face, le consortium Orcasav a réuni scientifiques, industriels et armateurs bretons, impliqués dans cette pêche. Parmi eux, des chercheurs de l’Ifremer de Lorient qui, en partenariat avec une entreprise du Guilvinec, ont mis au point des casiers qui pourraient remplacer les lignes. Triangulaires, tronconiques, à chambres multiples, avec des ouvertures sur les côtés ou le dessous, onze prototypes ont été testés in situ du 14 janvier au 24 février dernier. Ils doivent résister aux courants mais être maniables par les marins et surtout ne jamais laisser entrer les crabes, qui effraient les légines ! Une fois les résultats analysés, le casier idéal pourrait être breveté avant d’être embarqué sur les bateaux.

Renseignements

Gérard Bavouzet
Tél. 02 97 87 38 30
gerard.bavouzet@ifremer.com

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ