Boudés par les plus âgés

Les écrans tactiles ne séduisent pas les seniors. Des spécialistes des usages tentent de comprendre pourquoi.

Pour acheter son billet de train, développer des photos numériques..., les bornes automatiques se multiplient. Leur usage dans les lieux publics a été étudié à deux reprises, en 1988 et en 2008, par une équipe de chercheurs du Crap(1) de l’Université de Rennes 1. Pour voir l’évolution. Conclusion : elles se sont bien intégrées dans le paysage : les usagers ne rencontrent pas de difficultés particulières à les utiliser. Sauf qu’une catégorie de personnes ne s’en approche jamais : les seniors !

274
mars 2010

Le Laboratoire d’observation des usages des Tic (Loustic) va essayer de comprendre pourquoi. Il s’est rapproché de trois Établissements publics d’aménagement et de développement (Épad) d’Ille-et-Vilaine, pour proposer à des personnes âgées de venir tester l’utilisation d’écrans tactiles. Trente personnes ont accepté de participer et les tests ont commencé le 1er mars. « Nous allons comparer l’utilisation de la souris et de l’écran tactile. Celui-ci est considéré comme plus intuitif par les jeunes générations. Mais sa position verticale engendre une fatigue du bras à laquelle des personnes âgées sont plus sensibles », explique Éric Jamet. Un autre aspect va être analysé : la compréhension de consignes faites à l’oral ou à l’écrit. « Là, nous nous basons sur des études que nous avons l’habitude de mener au Centre de recherches en psychologie, cognition et communication (CRPCC) à l’Université Rennes 2, sur l’efficacité de logiciels d’apprentissage multimédias(2). Est-ce que la multiplication des moyens de communication est bénéfique pour l’utilisateur, ou constitue-t-elle au contraire une gêne ? » Les résultats de ces travaux seront connus début avril.

Tabs

Nathalie Blanc

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER