Loi Hadopi : les pirates ne l’entendent pas de cette oreille

275
avril 2010
© DR

Adoptée en septembre, la loi sur le piratage fait déjà de l’effet. Mais pas celui escompté par le gouvernement.

Elle devait décourager les pirates. Ces internautes qui téléchargent illégalement de la musique, des films, via des sites de partage (Peer to Peer). La loi Hadopi avec ses ripostes graduées, allant de l’avertissement à la coupure de l’abonnement Internet du contrevenant, n’a pas encore réussi son coup.

Quelques semaines avant l’application des premières amendes, les pirates n’ont pas cessé leurs pratiques, ils ont simplement changé de méthode ! C’est ce qu’il ressort d’une étude menée par le laboratoire breton Marsouin en décembre, auprès de 2000 personnes représentatives de la population.

« À peine 15% de ces “pirates” ont abandonné les sites de Peer to Peer, constate Sylvain Dejean, l’un des auteurs de l’étude. Mais les deux tiers de ces ex-téléchargeurs sont passés à des méthodes alternatives : le streaming, le téléchargement direct, plus rapide et non pris en compte par la loi Hadopi. » Des pratiques préférées aussi par les jeunes. Si le nombre d’adeptes des réseaux P2P a diminué depuis le vote de la loi, les autres formes ont gagné 27% de pratiquants ! « Ce qu’il ne faut pas oublier aussi, c’est que ces “pirates” alimentent le marché (lire Sciences Ouest n°264). Les utilisateurs de réseaux P2P représentent 27% des consommateurs de contenus payants sur le Net. Et les pirates en général, 50% ! Couper les connexions Internet peut nettement entamer le marché numérique. » Les chercheurs vont poursuivre leurs observations, avec une prochaine étude d’ici la fin d’année. Le gouvernement, lui, n’a pas encore réagi.

Renseignements

Sylvain Dejean, Tél. 02 29 00 14 45
sylvain.dejean@telecom-bretagne.eu

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ