Rencontre du laser et du vivant

Les possibilités qu’offre la lumière en réagissant avec le vivant sont immenses. Les chercheurs le découvrent encore.

Quand le trajet de lumière croise celui des sciences du vivant, cela donne... de la biophotonique ! Cette discipline transversale consiste à utiliser l’optique et la photonique (rayons visibles, ultraviolets, infrarouges...) pour observer, analyser ou modifier des objets biologiques.

275
avril 2010

En Bretagne, un regroupement des compétences rennaises en imagerie scientifique, Europia, a été initié en 2005 autour de trois plates-formes technologiques. La plate-forme Pixel avait pour objectif de réunir chimistes et biologistes avec les physiciens(1). Cinq ans après, des résultats inédits voient le jour : le biologiste François Tiaho et son collègue physicien Denis Rouède ont signé plusieurs publications sur l’observation de cellules musculaires (lire p.10 à 12).

Les collaborations dépassent aujourd’hui la sphère de la capitale bretonne. Dans le cadre du projet Capbiotek sur les biotechnologies en Bretagne, la Meito (Mission pour l’électronique, l’informatique et les télécommunications de l’Ouest) s’est penchée sur la biophotonique bretonne. Elle existe ! « Il y a des compétences à Rennes et à Lannion, mais les gens ne se connaissent pas », explique Gérard Baubau, le directeur de la filière Tic à la Meito. Il joue donc les entremetteurs et, mi-mars, réunit le Rennais François Tiaho et deux Lannionnais : le directeur de la société Oxxius (lire ci-dessous) et un membre de la plate-forme lannionnaise Perfos.

« Les fibres de Perfos nous intéressent »

« Nous travaillons actuellement sur des échantillons musculaires ne dépassant pas 1 mm d’épaisseur, issus de biopsies, explique François Tiaho. Les fibres fabriquées par Perfos nous intéressent, car elles nous permettraient de faire des observations in vivo et plus en profondeur. On pourrait accéder à l’animal et aussi à l’homme ce qui ouvre considérablement le champ des applications potentielles de nos travaux : je pense, par exemple, à la détection des radicaux libres, sécrétés par le muscle après un effort et responsables de lésions. Ils pourraient presque être suivis en direct ! » Une deuxième rencontre est prévue d’ici l’été.

Des idées comme celle-ci Gérard Baubau en a d’autres : « Dans le domaine de l’agroalimentaire, par exemple. J’aimerais réunir le Zoopôle de Ploufragan et la plate-forme Prism. » En attendant, un portail présentant la biophotonique bretonne a été réalisé pour faire connaître les compétences régionales (voir adresse ci-dessous). Par ailleurs, la Meito et le Critt Santé Bretagne travaillent sur l’organisation d’un atelier “Tic et Santé” dédié à la biophotonique, à Rennes, le 8 juillet prochain. Pour initier d’autres rencontres...

Tabs

Nathalie Blanc

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER