L’art de faire flotter les dolmens

278
juillet 2010
© DR

Deux passionnés d’archéologie expérimentale tentent de faire naviguer des pierres de plusieurs tonnes.

Trois tonnes. C’est le poids du bloc de pierre que les médiateurs de  l’association  Nature et mégalithes ont tenté de  faire flotter le 12 juin  dernier sur les  rives  de l’île de Gavrinis (56). « Nous savons que nos ancêtres ont transporté par voie fluviale des pierres bien plus considérables que celle-ci, explique Cyrille Chaigneau, l’un des deux porteurs du projet, notamment le toit du cairn de Gavrinis, qui a traversé la rivière d’Auray il y a 5000 ans. Et les lois de la physique le permettent, les supertankers de plusieurs milliers de tonnes en sont la preuve ! »

Mais il ne subsiste aucune trace de ces déplacements anciens, ni même des chantiers où les pierres ont été débitées. L’archéologie expérimentale, en respectant les matériaux et les outils de l’époque, permet donc de se confronter aux difficultés rencontrées par ces ancêtres. « Nous avons construit une barge en bois sur laquelle nous avons déposé la pierre. Malheureusement le bois était imbibé d’eau car cela nous a pris deux mois. Cela pose de nouvelles questions : comment avoir du bois sec à l’époque ? Était-ce une commande sur plusieurs années afin de le laisser sécher... ? » Si la pierre n’a cette fois pas atteint l’autre rive, une première expérience menée le 27 mai dernier avec un bloc de 800 kilos avait été plus convaincante et de nouvelles tentatives se préparent. Avec un objectif final de taille : reconstituer, en 2013, le trajet complet de la dalle de couverture du site de Gavrinis, 25 tonnes sur la balance !

Renseignements

Cyrille Chaigneau
Tél. 02 99 72 69 25
cyrille.chaigneau.cpie@orange.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ