Les perles des rivières bretonnes en danger

282
décembre 2010
© CPIE Collines normandes

Elle peut vivre jusqu’à cent ans et, parfois, sa coquille renferme une perle de nacre, appréciée des bijoutiers.

Ce n’est pas l’huître mais la mulette, une espèce autrefois de moule d’eau douce, que l’on retrouve dans les cours d’eau du Massif armoricain. Elle est depuis septembre au cœur du projet européen Life Mulette, piloté par l’association Bretagne Vivante. Car son existence est menacée. « Les populations qui subsistent sont âgées, explique Marie Capoulade, responsable du projet, entre 70 et 80 ans.

Dans une dizaine d’années, elles auront presque toutes disparues. » Ces espèces sont très sensibles aux pollutions et les jeunes sont particulièrement de bons témoins. Pour se développer, ils passent quelques mois dans les branchies des saumons et des truites avec lesquels ils partagent la rivière. Puis s’enfouissent dans le sédiment pendant quelques années. « Aujourd’hui ces sédiments sont obstrués par des particules fines, des boues. Et les petits sont asphyxiés. » Le projet prévoit donc la mise en place avec la Fédération de pêche du Finistère, d’ici l’été prochain, d’une station d’élevage, qui permettra de perpétuer les espèces armoricaines. Et, si possible, de repeupler les cours d’eau.

Renseignements

Marie Capoulade
Tél. 02 98 49 07 18
marie.capoulade@bretagne-vivante.org

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ