Portraits

© DR
Guillaume Roullet
Océanographe-physicien
Le 19 octobre, il a reçu, avec Patrice Klein, directeur de recherche à l’Ifremer, le trophée Ifremer de la publication 2010, pour un article paru le 22 mai dernier dans Physical Review Letters.

« J’étudie les tourbillons qui peuplent les océans »

Guillaume Roullet est enseignant chercheur à l’Université de Bretagne occidentale, au Laboratoire de physique des océans.

 

J’étudie les tourbillons océaniques. Il y en a des milliers dans tous les océans, en plus des grands courants comme le Gulf Stream. Ils sont de même nature que les dépressions et les anticyclones de l’atmosphère mais sont beaucoup plus petits : entre quelques kilomètres et quelques centaines de kilomètres, à la surface. Ces tourbillons créent d’intenses mouvements d’eau verticaux, entre les profondeurs et la surface. Ils transportent avec eux des nutriments, mais aussi de la chaleur.

Je cherche à comprendre le rôle de ces tourbillons sur la circulation générale des eaux océaniques et sur le climat. Aujourd’hui, ils n’entrent pas dans les grands modèles climatiques, car il faudrait des ordinateurs trop puissants pour les décrire. Dans mon équipe, nous cherchons comment les prendre en compte plus simplement. Nous avons notamment réussi à montrer qu’en comprenant bien leur fonctionnement, il était possible de connaître les courants jusqu’à 500m de profondeur juste à partir des images de la surface !

Je construis des modélisations numériques très haute résolution à partir de données de salinité, de température. Pour atteindre une grande précision jusqu’à plusieurs milliers de kilomètres, je collabore avec une équipe japonaise sur le supercalculateur “Earth Simulator”, l’un des ordinateurs les plus puissants au monde ! Dans l’avenir, je souhaite aussi réaliser des modélisations couplées océan-atmosphère. Car les modifications de température en surface, dues en partie aux tourbillons, influent sur le vent, par exemple. » 

Tabs

Propos recueillis par
Céline Duguey

Ajouter un commentaire