Livrer à tire-d’aile

282
décembre 2010
Le Colibri est un véhicule transformable à encombrement réduit. Il est adapté aussi bien à la circulation en zone piétonne que sur les artères principales des villes.
© DR

Des étudiants en école de design, marketing et ingénieurs du grand Ouest ont imaginé ensemble l’utilitaire de demain.

Initié en 2006 dans le but de soutenir les projets de véhicules innovants, le Pôle de compétitivité IDforCAR(1) - Bretagne, Pays de la Loire, Poitou-Charentes - a lancé à la fin de 2009, le premier concours DreamforCAR(2) avec pour thème “Quick delivery : le véhicule utilitaire de demain”. Les équipes participantes devaient rassembler des étudiants d’écoles d’ingénieurs, de design et de commerce et proposer un concept nouveau de mobilité urbaine adapté au travail des livreurs.

C’est ainsi que trois futurs ingénieurs de l’Estaca(3) Laval, trois designers de l’Edna(4) (Nantes) et trois étudiants en marketing de l’Essca(5) (Angers) se sont penchés ensemble sur cette problématique, quatre mois durant, pour finalement remporter ce concours avec leur “Colibri” : un véhicule personnel électrique 2 en 1 équipé d’une remorque, capable de se déplacer dans les zones piétonnes comme sur les routes (jusqu’à 70km/h). « Pour imaginer ce véhicule, ils ont appliqué la méthode de l’ingénierie système : évaluation des besoins du client en fonction de l’évolution des pratiques et des villes, conceptualisation du projet et enfin développement de la réponse technologique et technique », détaille Jean Le Guen, responsable des relations entreprises et tuteur du projet à l’Estaca.

“Colibri : vos colis en un battement d’ailes”

« Nous avons d’abord passé des journées avec des livreurs afin d’analyser les avantages et inconvénients des moyens existants. Il nous est apparu notamment pénible de devoir s’extraire d’une voiture plusieurs dizaines de fois par jour, illustre Matthieu Bellier-Pottier, étudiant à l’Essca et chef du projet. Ce constat nous a poussés à imaginer le Libri. » Cet élément situé à l’avant du Colibri assure deux fonctions : intégré au véhicule principal, il permet, grâce aux commandes situées à son bord, de conduire le Colibri ; détaché du véhicule principal, il devient un véhicule monoplace à part entière permettant au livreur, confortablement installé en position semi-assise, d’aller déposer ses colis jusque dans les magasins, sans effort. Comment le Libri peut-il s’extraire du Colibri ? Grâce à ses roues. Celles-ci abritent deux moteurs et sont étudiées pour s’emboîter dans les roues du véhicule principal. Assistées de deux autres moteurs situés dans les roues arrière de la remorque, elles entraînent ainsi l’ensemble. Ce concept d’imbrication des roues a fait l’objet d’un dépôt de brevet par l’équipe à l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi).

Le choc des cultures

Satisfaits d’avoir séduit le jury, les étudiants l’ont encore été davantage d’avoir su travailler ensemble. « Si nous sommes parvenus à trouver un langage commun par le dessin et en nous affranchissant des termes trop techniques, il nous a été parfois difficile d’appréhender les attentes des autres corps de métiers et de nous adapter au rythme de travail de chacun », confie Adrien Bouvet de l’Estaca. Gérer les relations humaines, respecter les délais, s’écouter, défendre son idée... Selon Jean Le Guen, « cette collaboration enrichissante leur a permis d’entrevoir les réalités de la vie en entreprise. » En octobre dernier, l’équipe a présenté une maquette du Colibri sur le stand du Pôle IDforCAR au Mondial de l’automobile à Paris. Pour Alexandre Pain de l’Edna, « ce fut l’occasion d’échanger avec des industriels et de décrocher des contacts potentiellement utiles pour notre entrée dans la vie active ! » Une bonne façon de démarrer.

Tabs

Julie Danet

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER