Tout transite par Internet

282
décembre 2010
Bus, car, train ou bateau ? Le site tibus.com propose la solution la plus appropriée à votre déplacement dans le département des Côtes-d’Armor.
© Espace des sciences

Grâce à Internet mobile, les outils de gestion des systèmes de transport s’adressent de plus en plus aux particuliers.

Géolocalisation, suivi du chargement d’un camion grâce à des puces RFID, paiement par télépéage... Les transports dits “intelligents” sont déjà une réalité. « Surtout dans le monde professionnel, les ITS existent depuis une quinzaine d’années, note Stéphanie Quiger. La nouveauté, c’est qu’aujourd’hui, la mise en place de tous ces systèmes explose, grâce à l’arrivée d’Internet sur le téléphone portable. C’est devenu LA plate-forme où toutes les informations transitent et peuvent être combinées pour répondre aux besoins d’information personnalisée des voyageurs. On pourra même bientôt payer avec. »

S’organiser par téléphone

Dans le cadre de la thèse Cifre(1) qu’elle prépare entre l’association ITS Bretagne et le laboratoire de psychologie sociale de l’Université Rennes 2, Stéphanie Quiguer travaille sur une meilleure intégration de ces outils et de leur appropriation dans le milieu professionnel. « J’accompagne deux entreprises dans leur projet. Pour cela, je commence par analyser l’activité humaine, pour préparer la conduite de changement liée à l’intégration de l’outil. » Celui-ci doit faciliter, voire améliorer le travail des salariés et en aucun cas le perturber.L’arrivée du téléphone portable dans le réseau ITS a une autre conséquence : l’appropriation de ces outils par les particuliers. « Certains usagers développent eux-mêmes les applications dont ils ont besoin, ajoute Stéphanie Quiguer. À cause des réseaux sociaux, il y a des informations qui échappent totalement aux collectivités. » Du coup, celles-ci commencent à s’organiser pour proposer de nouveaux services à leurs usagers.

Harmoniser les horaires

Dès 2005, le Conseil général des Côtes-d’Armor a lancé, avec Veolia Transport, sa première centrale de mobilité, un centre d’appels téléphoniques qui permet d’organiser ses déplacements dans le département. Au bout du fil, une opératrice vous propose différentes solutions pour aller d’un point A jusqu’à un point B avec les transports en commun les plus appropriés : bus, car, train, et même bateau. Vous pouvez même réserver un taxi pour rejoindre la gare la plus proche. Et pour ceux, de plus en plus nombreux, qui préfèrent pianoter sur le clavier de leur Smartphone, un site, tibus.com, reprend depuis le mois d’octobre toute ces informations, covoiturage en sus !

La Bretagne tout entière suit ce mouvement. Le 20 décembre prochain, le site Breizhgo.com regroupera toutes les offres de transport public de la région. « Cela fait partie des dispositifs pour favoriser le report vers les transports en commun, explique Fabrice Girard, chef du service des transports terrestres au Conseil régional de Bretagne, et en faciliter l’accès. Il s’appuie sur des travaux de recherche plus généraux sur le calcul d’itinéraires, car il faut gérer dix-sept unités de transport différentes. » L’étape suivante, dans l’idéal, permettra d’harmoniser les horaires entre les modes de déplacement. « Car il est dommage de ne pas pouvoir prendre le dernier bateau pour se rendre sur une île juste parce que le train arrive dix minutes trop tard », confie Alain Somat. Et ça, le plus performant des téléphones ne pourra rien y faire !

Tabs

Nathalie Blanc/Céline Duguey

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER