La vieillesse voit loin

286
avril 2011
© AFP-Miguel Medina

Des chercheurs se regroupent pour partager leur travail et répondre ensemble à de nouveaux projets.

Les personnes âgées sont nombreuses. Ce n’est pas nouveau. Mais les chercheurs qui travaillent sur la vieillesse le sont aussi. Et ça, ce n’était pas évident. C’est la principale conclusion que dresse Samuel Guillemot, missionné pour mettre en place une plate-forme de travail autour des Recherches bretonnes sur le vieillissement (ReVie), quels que soient leurs domaines d’applications (psychologie, sociologie, marketing social...).

Au terme d’une année d’existence, le réseau est encore embryonnaire mais rêve déjà de faire ses premiers pas. Les chercheurs qui ont fait connaissance grâce au site Web dédié et à l’occasion d’un rassemblement le 21 janvier dernier, envisagent en effet de répondre ensemble à des appels d’offres nationaux ou européens. Bien sûr quelques-uns collaboraient déjà, notamment sur les Tic(1), mais ce n’était pas la majorité.

« Est-ce que la plate-forme doit désormais s’engager dans de gros projets réunissant toutes les équipes ? Est-il pertinent de l’étendre au niveau national voire international ? » Autant d’hypothèses optimistes que cette première année et les échanges de janvier ont fait naître dans l’esprit de Samuel Guillemot.

Les réponses seront à trouver du côté de l’Université de Bretagne Occidentale (UBO) et de l’Université de Rennes2 qui copilotent la plate-forme, « mais aussi largement de la Maison des sciences de l’homme en Bretagne qui pourrait la prendre sous son aile, précise Bertrand Urien, un des coresponsables. Des discussions sont en cours sur ce sujet et devraient aboutir très prochainement. »

Samuel Guillemot quant à lui a terminé sa mission et se consacre désormais pleinement à ses propres recherches sur le comportement autobiographique chez les personnes âgées, c’est-à-dire les récits de vie ; l’un des aspects du marketing social.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ