Le CO2 est dans le courant !

Publié début mars, le résultat a surpris les chercheurs : en Atlantique Nord (entre Brest et les Açores), le stockage du carbone dans l’océan profond est principalement dû à la dynamique des courants. 

286
avril 2011

La voie biologique, absorption du gaz carbonique par le phytoplancton et les algues microscopiques ensuite consommés par les organismes plus grands, ne représenterait que 2%. « Si la pompe biologique est en moyenne plus importante à l’échelle globale de l’océan, nous savions qu’elle était moins active dans certaines régions, explique Laurent Mémery, directeur du Laboratoire des sciences de l’environnement marin à Brest. Mais nous ne nous attendions pas à cet ordre de grandeur. »

Ce résultat a été obtenu grâce à un modèle européen, avec des données récoltées en mer entre 2000 et 2001(1). « Les données brutes avaient déjà fait l’objet de premières publications en 2004-2005, poursuit le chercheur. La configuration du modèle a pris plus de temps. Nous avons aussi obtenu des résultats plus fins sur le rôle des tourbillons dans le processus d’enfouissement du carbone. »

Tabs

Renseignements

Laurent Mémery
02 98 49 88 97
laurent.memery@univ-brest.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ