Pour les beaux yeux de Roméo

Un laboratoire rennais va travailler sur la perception visuelle d’un robot humanoïde.

289
juillet 2011

Il est encore en pièces détachées, dans une petite entreprise française. Roméo, un robot humanoïde a pourtant déjà séduit les chercheurs. À ce point que l’Inria(1) de Rennes vient de décrocher un budget de 200000 euros pour pouvoir s’en procurer un d’ici à la fin de l’année 2012, de même que trois autres laboratoires à Nantes, Toulouse et Cergy-Pontoise. « Nous avons déposé le projet Robotex dans le cadre du Grand emprunt, explique François Chaumette, responsable du projet à l’Inria. Il devrait démarrer dès la fin de 2011. »
Les Nantais vont se concentrer sur la marche, les Toulousains sur la planification de tâches, Cergy-Pontoise sur l’apprentissage. Les Rennais, eux, sont focalisés sur la perception du robot. « L’objectif est qu’il puisse, grâce à ses caméra-yeux, repérer des objets pour les manipuler ou éviter des obstacles, par exemple. » Aujourd’hui les robots sont capables de mettre un pied devant l’autre mais pas d’évoluer dans un environnement inconnu, qui implique de se repérer dans l’espace. Et s’ils peuvent bouger le bras pour saisir un objet immobile, la difficulté s’accroît lorsque l’objet est en mouvement car alors tout le corps doit se déplacer, ce qui augmente considérablement la difficulté du problème. « Notre objectif est de lui donner une plus grande autonomie. »
 Pour l’instant il s’agit de recherche fondamentale. Mais à très long terme, il est envisageable de voir de tels robots arriver sur le marché des services à la personne, « pour effectuer des tâches simples, précise François Chaumette, ils ne pourront pas remplacer l’être humain. »
 

Tabs

Renseignements


François Chaumette  Tél. 02 99 84 72 55
francois.chaumette@inria.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ