Portraits

© Franck Betermin
Serge Mabeau
50 ans

Directeur du centre technique breton Vegenov

Interviewé par téléphone par Nathalie Blanc, depuis ses locaux finistériens entourés de serres de tomates et de champs d’artichauts.

«Le chemin est long et complexe entre le moment de la découverte et celui d’une application disponible pour le citoyen. »

1

Qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas été chercheur ?

Petit déjà, je voulais être ingénieur agronome, pour chausser des bottes et aller sur le terrain, dans les pays du Sud, pour m’occuper de développement agricole. J’ai réalisé une partie du rêve : je suis diplômé de l’école d’agronomie de Paris... mais je suis revenu en Bretagne dans mon pays natal ! Et, en tant que gestionnaire d’équipe et manager, je vais peu sur le terrain.

2

Aujourd’hui, qu’avez-vous trouvé ?

Une certaine sérénité d’avoir réussi à constituer une équipe qui fonctionne bien. Car cela est à la fois rare, précaire et gratifiant.

3

Le hasard vous a-t-il déjà aidé ?

Oui, notamment quand je suis devenu directeur de Vegenov. J’avais commencé ma carrière dans le domaine des algues marines. Je n’aurais peut-être pas mis le cap sur la terre ferme et ses productions légumières si je n’avais pas croisé l’ancien directeur de Vegenov au cours d’une formation. Il envisageait de quitter le poste mais n’arrivait pas à prendre sa décision ; je cherchais à changer de travail mais pensais plutôt au secteur privé... Quelques semaines après notre rencontre, nous avons tous les deux changé d’avis et j’ai postulé pour lui succéder !

4

Qu’avez-vous perdu ?

Une trop grande sensibilité au regard des autres et aux agressions extérieures. Et aussi l’illusion que les relations humaines sont fondées sur le rationnel.

5

Que vaudrait-il mieux ne pas trouver ?

Le développement des manipulations de l’humain, telles que l’eugénisme, le clonage. Les découvertes sont là. Mais l’homme saura-t-il maîtriser leurs développements ?

6

Quelle est la découverte qui changerait votre vie ?

Il y en a beaucoup mais je pencherais pour la pile à combustible. Son principe a été découvert il y a plus de 150 ans et sa démocratisation peut infléchir l’impact de nos transports sur la planète ! Et pourtant... Elle illustre combien le chemin est long et complexe entre le moment de la découverte et celui d’une application disponible pour le citoyen. C’est la réalité de la recherche appliquée.

7

Qu’est-ce qui vous ferait douter de la rationalité ?

Ma difficulté à appréhender des notions telles que l’infini -du temps, de l’espace ou la complexité des mécanismes qui permettent à des cellules embryonnaires portant toutes le même patrimoine génétique, de se différencier en autant de tissus et d’organes différents.

Ajouter un commentaire