La télé connectée à toute la famille

295
février 2012
© Photononstop - A.Cheferros
Regarder la télé sur l'ordinateur ou les photos de famille sur le grand écran.

Le projet DuoTV associe informaticiens et ergonomes, pour repenser la consommation de la télévision en famille.

La télé traditionnelle a encore de l’avenir. Surtout s’il y a deux ou trois postes à la maison, sans abonnement télé, avec une simple antenne sur le toit... et sans réseau apparent entre les télés, grâce au branchement sur le réseau électrique (courants porteurs en ligne). Lancé en 2009, le projet de recherche DuoTV sera bouclé en juin. L’objectif n’est pas de naviguer sur Internet, mais de diffuser la télé sur tous les postes TV et les ordinateurs de la maison. Ou de voir, sur la télé du salon, les photos familiales stockées dans ces ordinateurs. D’autres services sont prévus, comme la connexion des télés avec les smartphones de la famille.

Mais comment connaître les vraies envies des téléspectateurs, pour inventer l’offre qui fera tilt ? C’est l’originalité de DuoTV, qui associe des informaticiens et des spécialistes des usages des technologies de l’information. Ce projet est porté par SmarDTV (150 salariés, dont 22 à Rennes en recherche et développement), spécialisée dans la sécurisation des contenus audiovisuels. Ses informaticiens ont conçu deux logiciels, l’un dans une base, l’autre dans un boîtier, appelé “combiné”, auquel est branchée chaque télévision. « La base distribue le contenu et chaque combiné décode la vidéo, explique Jean Ginestière, responsable des partenariats à SmarDTV. C’est de la haute technologie ! Mais l’utilisation est facile, avec des boîtiers simplement branchés au réseau électrique, sans configuration nécessaire. »

800 familles interrogées

« Nous avons guidé la conception de l’interface du boîtier », résume Éric Jamet, professeur de psychologie cognitive et ergonomique à l’Université Rennes 2, et directeur du Loustic(1). L’observatoire M@rsouin a mené des entretiens téléphoniques auprès de 800 foyers bretons, représentatifs des téléspectateurs français : « Combien de télévisions avez-vous et où sont-elles ? Combien avez-vous de prises d’antenne et quelles fonctionnalités souhaitez-vous : contrôle parental, fonction d’enregistrement, visiophone externe relié aux smartphones ? » Les services ont été hiérarchisés, depuis ceux qui sont très demandés (contrôle parental, agenda familial synchronisé sur tous les écrans) jusqu’aux très compliqués. Et la cible a été mieux définie : les parents ayant plus de deux télés à la maison.

« Ces recherches, complète Jean Ginestière, nous ont permis d’éliminer des services que nous, techniciens, nous pensions pourtant super ! Cela nous a évité de proposer des services qui auraient généré un rejet, tout en réalisant des économies. » La deuxième étape a consisté à faire venir une soixantaine de personnes au laboratoire Loustic. « Dans un film, nous avons simulé le système, puis les personnes ont répondu à des questions sur cette offre », poursuit Éric Jamet. L’interface a été développée avec l’École de design de Nantes, l’un des sept partenaires du projet(2). Puis une trentaine de personnes sont venues pour une autre expérience : « Pendant une demi-heure, ils ont fait des tests, paramétré le contrôle parental, enregistré un film, etc. Cela nous a aidés à obtenir des préconisations pour l’interface. » Pour les chercheurs en ergonomie, ce projet permet d’améliorer la méthode centrée sur les utilisateurs. Après une vingtaine de prototypes conçus par les designers nantais, le boîtier sera terminé début février. La présentation aux financeurs, dont les collectivités, se fera en juin ; la mise en vente est prévue pour Noël 2012.

 

Tabs

NICOLAS GUILLAS

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER