Les chercheurs se mettent au sport !

299
juin 2012
© MIKE EHRMANN - GETTY IMAGES NORTH

Dans une salle d’expérimentation unique au monde, des spécialistes du mouvement mêlent réel et virtuel.

Le ballon bien en main, le regard vissé sur le panier. Pour marquer son lancer franc, un basketteur doit s’armer d’une excellente concentration. Et surtout d’un entraînement hors du commun. À Rennes, des spécialistes du sport et du mouvement s’appuient sur les innombrables possibilités offertes par la réalité virtuelle pour améliorer les performances des sportifs. « En basket, explique Franck Multon, responsable de la jeune équipe Mimetic(1), le joueur pourrait s’entraîner à tirer des lancers francs dans un espace virtuel, dans lequel on lui apporterait des informations en temps réel ! »

Pour tester ces méthodes, l’équipe, qui rassemble des biomécaniciens et des informaticiens, habitués à travailler ensemble, va intégrer d’ici quelques jours de nouveaux locaux, uniques en leur genre, sur le campus bruzois de Ker Lann. Un gymnase de trente mètres de long pour vingt de large et neuf de haut. « C’est exceptionnel pour une salle d’expérimentation, s’exclame Franck Multon. Il y aura, tout autour du terrain de jeu, une coursive à trois mètres de haut, où seront placées nos caméras de capture de mouvement. » L’autre “surprise” de cette salle, c’est une partie immersive, tapissée d’écrans, sol compris, dans laquelle les sportifs en chair et en os pourront se confronter à des adversaires virtuels. « En football ou en hand, nous pourrons analyser les réactions d’un gardien face à un joueur virtuel dont nous contrôlons absolument tout. En réel, il est impossible de reproduire exactement cinquante fois le même tir. »

Ces équipements permettront aussi de mieux décrypter les mouvements du corps humain, pour améliorer les simulations. « C’est l’une des originalités de notre équipe : la réalité virtuelle sert le réel et vice versa. Nous avons, par exemple, travaillé sur les mouvements de foules(2) ou encore sur les mécanismes en jeu lorsque deux piétons se croisent. » Cette approche couplant analyse et synthèse est reconnue et les sollicitations, nombreuses, proviennent de domaines très différents.

« Les simulations bénéficieront aux jeux vidéo, mais ce n’est pas le seul axe de recherche. Nous avons déjà travaillé avec des anthropologues sur la simulation de la locomotion des primates. » Les scientifiques mènent aussi des projets de rééducation à la marche avec le centre de Kerpape, dans le Morbihan. Des discussions sont également en cours avec le Stade Rennais et des clubs locaux, dans différentes disciplines sportives, en lien avec le Campus d’excellence sportive de Bretagne. Un emploi du temps sportif se dessine pour les chercheurs !

©

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ