Tous dans le même labo !

300
juillet 2012
© MNHN-CONCARNEAU

La Station biologique de Concarneau a été rénovée pour accueillir des recherches sur les micro-algues toxiques.

Un laboratoire flambant neuf a été inauguré le 1er juin dernier, dans la plus ancienne station biologique du monde, à Concarneau. Dans le cadre du programme Pidetox(1), entamé en 2007, plus de 400m2 ont été réhabilités, afin d’accueillir le pôle d’identification génétique des micro-algues toxiques.

Présents dans toutes les mers, ces végétaux de quelques centièmes de millimètre de diamètre sont à la base de la chaîne alimentaire marine. Si 95% de ces organismes sont aussi inoffensifs qu’indispensables, certains, rares, peuvent se révéler toxiques pour l’écosystème marin, mais aussi pour l’homme, comme ceux qui rendent parfois les huîtres impropres à la consommation. Alors, pour les repérer, le programme Pidetox a réuni dans un même bâtiment des scientifiques d’Ifremer et des biologistes du Muséum national d’histoire naturelle, déjà présents à la station biologique finistérienne. « Nos collègues d’Ifremer isolent les micro-algues dans des échantillons prélevés proche d’ici ou envoyés depuis l’autre bout de la planète, explique Daniel Sellos, responsable de la station biologique. Grâce à des outils de microscopie, ils décrivent leurs caractéristiques morphologiques. Ensuite, l’équipe du muséum extrait de cette cellule une signature génétique. » Trois nouvelles espèces ont déjà été découvertes au large du Finistère. Parmi tous les spécimens recensés, ceux identifiés comme potentiellement toxiques sont signalés. Toutes ces informations seront bientôt regroupées dans une base de données, accessible via Internet.

Tabs

Renseignements

Daniel Sellos Tél. 02 98 97 06 59
sellos@mnhn.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ