Portraits

© DR
Xavier Lagrange
50 ans
Professeur de réseaux informatiques
Interviewé par Céline Duguey juste avant son départ pour Taïwan.

« Aujourd’hui, on n’a plus le temps de mûrir ses idées. »

1

Qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas été chercheur ?

À l’origine je suis ingénieur, donc je n’ai pas toujours été dans le monde de la recherche.
Mais en rêve, j’aimerais être auteur-compositeur-interprète de chansons. Je suis fan de Georges Brassens, par exemple. J’aime la recherche de la beauté du texte, et la concision qu’exige une chanson. Mais je n’en ai jamais écrites !

2

Aujourd’hui, qu’avez-vous trouvé ?

Avec l’âge, j’ai trouvé que la masse de connaissances que je n’ai pas et que je pourrais avoir est de plus en plus grande !

3

Le hasard vous a-t-il déjà aidé ?

Oui et non. À chaque fois, on peut se poser la question de savoir si c’est vraiment du hasard ou les conséquences d’un choix. Mais le fait d’avoir rejoint Télécom Bretagne doit un peu au hasard. Je pensais qu’il était impossible de rejoindre le monde de l’enseignement et de la recherche avec mon expérience d’ingénieur. Jusqu’à ce que je tombe sur cette annonce de poste dans un journal, que je lisais pour tout autre chose !

4

Qu’avez-vous perdu ?

L’audition de l’oreille gauche. Cela m’a vraiment fait prendre conscience d’une propriété connue en télécommunications : si on dote un récepteur de deux antennes au lieu d’une seule, il a de bien meilleures performances car il fonctionne mieux avec un signal très faible.
De même nos deux oreilles nous permettent d’être moins sensibles au bruit ambiant, de comprendre notre interlocuteur même dans un brouhaha, ce qui n’est plus possible d’une seule oreille.

5

Que faudrait-il mieux ne pas trouver ?

Le moyen de cloner les êtres humains. Cela tuerait l’indispensable unicité de chaque individu.

6

Quelle est la découverte qui changerait votre vie ?

Un appareil à suspendre le temps des autres, qui figerait tout, sauf moi ! Cela me laisserait le temps de réfléchir, pour faire des choix plus pertinents. Aujourd’hui, on n’a plus le temps de mûrir ses idées.

7

Qu’est-ce qui vous ferait douter de la rationalité ?

Hum... De passer à travers la chaise où je suis assis actuellement !

Ajouter un commentaire