La synthèse vocale donne le ton

Le projet Phorevox veut créer un outil de synthèse vocale adapté à l’apprentissage du français.

303
novembre 2012

Maîtriser la synthèse vocale pour l’utiliser dans l’apprentissage du français : c’est l’objectif du projet multidisciplinaire Phorevox, lancé début octobre. Labellisé par le pôle Images et Réseaux et financé par l’ANR(1), il réunit cinq partenaires : l’entreprise Zeugmo (38), chargée du développement d’une plate-forme d’apprentissage en ligne, jusqu’alors restreinte à l’écrit ; le LLF(2) de l’université Paris 7 ; l’Irisa(3) et l’entreprise lannionnaise Voxygen, pour la fourniture d’un logiciel de synthèse vocale capable de contrôler la prosodie (l’intonation de la voix) ; le Cread(4), chargé du lien avec l’Éducation nationale. « Pour une dictée, par exemple, il faut pouvoir mettre en emphase certains mots difficiles, en parlant plus lentement et plus distinctement, explique Thierry Moudenc, président de Voxygen. Pour dicter “nous sommes arrivés”, il faut pour restituer la liaison “z”, atténuer “sommes”, mettre en emphase “arrivés”, en jouant avec les syllabes. » Une diction qu’aucune application de synthèse vocale ne peut effectuer aujourd’hui. D’où l’enthousiasme du rectorat des Côtes-d’Armor, où plusieurs écoles pourraient expérimenter le prototype de Phorevox.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ