Des vaccins à la pointe

Une nouvelle génération de vaccins est en cours de mise au point dans les laboratoires.

Une équipe de chercheurs de l’université d’Aix-Marseille, IRD et École des hautes études en santé publique (EHESP) de Rennes a démontré la faisabilité d’une nouvelle méthode de fabrication de vaccins antiviraux dont l’atténuation est totalement contrôlée.

308
avril 2013

« Les vaccins atténués sont fabriqués à partir de virus vivants qui déclenchent une infection bénigne mais vraie et donc une bonne immunité, explique Xavier de Lamballerie, directeur de l’équipe. Et cela en une seule injection, ce qui est économiquement très intéressant. Par contre, l’atténuation est très difficile à régler et nécessite parfois plusieurs années. » Les vaccins inactivés ont alors été proposés comme une alternative aux atténués. Ils ne contiennent pas de virus vivant et ne posent donc plus de problèmes de réglage de l’atténuation. Mais il faut trois à quatre injections pour avoir une bonne immunité, ce qui revient cher et nécessite une logistique hors de portée des pays en voie de développement.

La nouvelle méthode consiste à resynthétiser tout le génome du virus. « Ce génome modifié produit exactement les mêmes protéines que le virus initial et déclenche la réaction d’immunité maximale. La différence est que nous utilisons aléatoirement toutes les possibilités de codage d’un acide aminé alors que, dans la nature, le virus utilise toujours les mêmes. Cela fait qu’il se réplique mal et c’est ce qui produit l’atténuation. » Il reste encore beaucoup de tests à faire, mais ces résultats ouvrent bien une nouvelle voie dans l’histoire de la vaccinologie.

Tabs

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ