Le phytoplancton aux 30000 gènes

311
juillet 2013

Le génome d’une espèce emblématique de phytoplancton vient d’être décrypté. La Station biologique de Roscoff (CNRS UPMC) a participé à cette découverte, avec d’autres équipes en France et aux États-Unis. Elle a fait l’objet d’une publication dans Nature, le 13 juin(1). Emiliania huxleyi est un microorganisme marin unicellulaire très abondant. Son microsquelette calcaire rend l’océan laiteux et est visible depuis l’espace, lorsqu’il se multiplie en gigantesques efflorescences (bloom). Treize souches, venues de tous les océans, ont été isolées. Son génome (141 millions de bases) est vingt fois plus petit que le nôtre. Surprise, il contient 30000 gènes, soit un tiers de plus que le génome humain. Une proportion élevée de gènes (25 %) ne sont présents que dans certaines souches. Cela permet à l’espèce d’avoir une flexibilité génomique et des capacités d’adaptation élevées.

Renseignements

Colomban de Vargas

vargas@sb-roscoff.fr

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ