Portraits

© DR
Daphné Cuvelier
Biologiste
En juin, à bord d’un navire américain, elle a dirigé le redéploiement du module d’observation Tempo-Mini qui avait été relevé pour être reconditionné.

Même à 2 200 m
de profondeur,
les animaux sont
influencés par le
rythme des marées.

Daphné Cuvelier est en postdoctorat au Laboratoire environnement profond au centre Ifremer de Brest.

Je m’intéresse aux écosystèmes qui se forment autour des sources chaudes hydrothermales, dans les grands fonds océaniques. Pour cela, je travaille sur des observatoires du fond de mer. Ce sont des instruments, munis de différents capteurs, qui sont posés de façon permanente à proximité des sources à plus de 2 000 mètres de profondeur. Ceux que j’utilise sont situés dans l’Atlantique, au large des Açores pour l’un et dans le Pacifique Nord-Est pour l’autre. Le premier, Tempo, recueille des vidéos, des données de température, des mesures sur le fer et l’oxygène, que nous allons relever une fois par an. Il peut aussi transmettre des photos par satellite directement jusqu’à Brest, afin de nous assurer de son bon fonctionnement. Le second, Tempo-Mini, que l’on vient de redéployer, est directement connecté à un réseau câblé. Nous recevons toutes ses mesures, dont des vidéos, en direct. Cela nous permet de prendre un peu d’avance dans le traitement des données, qui demande beaucoup de temps.

En analysant les vidéos, je cherche à comprendre les dynamiques de ces écosystèmes. J’ai pu remarquer, par exemple, que même à 2200 mètres de profondeur, les animaux comme les vers tubicoles sont influencés par le rythme des marées. Toutes ces informations sont précieuses, car ces environnements sont encore très mal connus.

Tabs

Propos recueillis par
Céline Duguey

Ajouter un commentaire