Portraits

© DR
Jean-Luc Baglinière
Biologiste des populations
Il a organisé, en juillet, un colloque national sur la sclérochronologie réunissant 80 personnes à l’Agrocampus de Rennes. Il a publié plusieurs ouvrages sur la scalimétrie.

«Je lis le passé des poissons dans les écailles.»

Jean-Luc Baglinière est directeur de recherche à l’Inra de Rennes, en Écologie et santé des écosystèmes

Je lis le passé des poissons dans les écailles ! C’est la scalimétrie. Je m’intéresse aux espèces comme le saumon, la truite de mer et l’alose, qui vivent en mer et en eau douce. Depuis 1972, les échantillons provenant de toute la France - inventaires, pêche en rivières et au large - enrichissent ma collection. J’observe ces écailles avec une loupe binoculaire. Le dessin des circulis concentriques de calcium, sorte d’empreinte digitale, raconte une histoire. Au cours de la croissance, l’énergie que le poisson déploie fluctue en fonction des migrations et des saisons. Plus la dépense est forte, comme à l’adolescence, plus les circulis s’élargissent, et inversement. Ces cercles se resserrent à deux reprises : lors de la période juvénile passée en eau douce et davantage encore pendant la saison froide, jusqu’à ne distinguer qu’un anneau épais. Ces anneaux hivernaux indiquent le temps passé dans les différentes eaux et, par déduction, l’âge de l’individu.
Mon but est de déterminer la dynamique des populations. Nos observations montrent qu’entre 2002 et 2004 le saumon juvénile grandissait plus vite. Une année lui suffisait pour atteindre un statut énergique permettant de quitter l’eau douce pour la mer. Cette évolution peut être liée au changement climatique, ou, plus probable, à l’impact de l’homme sur la qualité du milieu.
D’autres structures osseuses peuvent fournir de multiples informations. On parle de sclérochronologie. L’otolithe, organe d’équilibre situé dans le crâne, renseigne sur l’âge, le lieu de naissance et les trajets migratoires, mais l’écaille garde un avantage : elle ne nécessite pas de sacrifier la bête !

Tabs

Propos recueillis par
Klervi L’Hostis

Ajouter un commentaire