Des objets qui communiquent via les lignes électriques

315
décembre 2013
Faire circuler des données informatique dans le réseau électrique est le défi des chercheurs de Télécom Bretagne
© Joël Saget - Afp

7 novembre, Télécom Bretagne a présenté sa gestion intelligente de la distribution d’énergie.

Déclencher un ventilateur à distance depuis un smartphone via le réseau électrique, c’est techniquement possible. Les ingénieurs de Télécom Bretagne en ont fait la démonstration, le 7 novembre, lors de l’inauguration du centre de compétence Smart Grid en collaboration avec les entreprises Itron et Texas Instruments(1).

 

Des capteurs intelligents

« L’internet du 21e siècle ne connectera pas seulement des ordinateurs ou des humains via les réseaux sociaux mais aussi des milliards d’objets ! », commence Laurent Toutain, chercheur à Télécom Bretagne. La grande école étudie depuis quinze ans le protocole IPv6 rendant possible l’intégration des Smart Grids dans l’Internet des objets. « C’est un réseau entre des équipements consommateurs et les producteurs d’énergie permettant une distribution d’électricité raisonnée. » Dans cette nouvelle organisation, des compteurs intelligents remplaceront les compteurs d’électricité habituels. « L’avantage, c’est qu’ils communiquent entre eux ! », complète le chercheur.

Pourquoi des compteurs communicants ? « Pour maîtriser notre dépense énergétique ! La 3e révolution industrielle doit passer par là, reprend Laurent Toutain. La consommation d’électricité ne fait qu’augmenter, et le réseau d’électricité sature déjà aux heures de pointe. Cela va s’aggraver avec les véhicules électriques. » Au lieu de couper l’alimentation générale d’un quartier, le fournisseur d’électricité, connecté aux appareils électriques via des compteurs intelligents, pourrait éteindre un chauffage à distance, par exemple, pendant une courte durée, avec un impact minime sur le confort de l’utilisateur. « On peut aussi imaginer un compteur qui déclenche le lave-linge lorsque le vent est assez fort pour faire tourner les éoliennes et produire de l’électricité. »

Le mariage des réseaux

Pour atteindre ces objectifs, les ingénieurs de Télécom Bretagne se concentrent sur les aspects réseau : « Le grand défi est d’utiliser le réseau électrique pour faire circuler des données informatiques alors qu’il n’est pas conçu pour ça ! Il faut prendre en compte la faible portée du signal, les bruits parasites et la densité variable du réseau, plus forte en ville qu’en campagne. » Les ingénieurs doivent donc comprendre le comportement physique des réseaux électriques pour modéliser des protocoles, les confronter aux simulations, les adapter et enfin les développer afin d’augmenter les capacités de communication et donc les services disponibles. « Le protocole que nous élaborons doit avoir une durée de vie de 20 ans, on dépasse largement les objectifs habituels qui évoluent chaque année, de la 2G à la 3G à la 4G, par exemple. » Sans parler des problèmes d’insécurité souvent liés à l’internet. « Ce n’est pas un sujet laissé au hasard. La recherche est en cours pour développer une architecture sécurisée », conclut Laurent Toutain.

Tabs

Klervi L’Hostis

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ