Des capteurs bretons sur Mars

Actualité

N° 320 - Publié le 7 mai 2014

Magazine

4280 résultat(s) trouvé(s)

La prochaine mission martienne embarquera des capteurs de température fabriqués près de Rennes.

La mission Exomars est programmée au début de 2016, mais ses préparatifs ont déjà commencé. La sonde martienne doit embarquer plusieurs expériences scientifiques, dont l’une (Icotom(1)) a été mise au point grâce à une expertise bretonne. Elle consiste à mesurer la température du plasma généré dans l’atmosphère martienne pendant l’entrée de la sonde (flux de chaleur compris entre 50 et 600 °C).

Le Cnes(2) cherche en effet à réaliser des mesures de température in situ afin d’adapter au mieux l’épaisseur de l’isolant des futures sondes. Il s’est tourné vers l’entreprise Le Verre Fluoré, basée à Bruz (près de Rennes), qui lui a fourni des capteurs particuliers. Ceux-ci sont notamment constitués de fibres optiques en verre fluoré, capables de capter des signaux optiques dans l’infrarouge. Ces signaux sont convertis en signaux électriques eux-mêmes convertis en degrés Celsius. « Cette technique, la pyrométrie optique, est très utilisée dans l’industrie pour réaliser des mesures sans contact, explique Gwenael Mazé, directeur de la société Le Verre Fluoré. Le rayonnement intense du plasma aux longueurs d’ondes 2,7 et 4,2 µm a déterminé le choix de notre technologie. »

Avant d’être envoyés au Cnes, les capteurs ont été calibrés grâce à des moyens techniques disponibles dans un autre établissement de Bruz : DGA Maîtrise de l’information (Direction générale de l’armement). Plus tard, les équipements bretons, et la sonde sur laquelle ils seront montés, rejoindront Baïkonour (Kazakhstan) pour le lancement de la fusée Proton.

(1)Infrared CO2 TwO mesurements.

(2)Centre national d’études spatiales.

Gwenael Mazé Tél. 02 99 05 31 30
maze [at] leverrefluore.com (maze[at]leverrefluore[dot]com)

Olivier Puech
olivier.puech [at] intradef.gouv.fr (olivier[dot]puech[at]intradef[dot]gouv[dot]fr)

TOUTES LES ACTUALITÉS

Abonnez-vous à la newsletter
du magazine Sciences Ouest

Suivez Sciences Ouest