Portraits

© DR
Jean-François Carpentier
Chimiste
Il est lauréat 2014 de la médaille d’argent du CNRS pour ses travaux sur les catalyseurs organométalliques.

« Je cherche à concevoir des plastiques performants. »

Jean-François Carpentier dirige l’équipe de recherche Organométallique : matériaux et catalyse, à l’Institut des sciences chimiques de Rennes.

 

Notre équipe met au point des matériaux plastiques performants, qui possèdent des propriétés thermiques et mécaniques recherchées par les industriels : la résistance à la chaleur et aux chocs, par exemple. Pour réaliser un polymère (le plastique), on a besoin d’une matière première organique et d’un catalyseur métallique qui accélère la réaction de polymérisation. Un des challenges consiste à trouver le bon catalyseur. Plus il sera productif, et donc utilisable en faible quantité, moins il y aura de résidus qui contaminent le polymère final. C’est important, surtout pour les emballages alimentaires et autres produits en contact avec l’humain. L’efficacité de la réaction chimique minimise aussi le coût de production. Les catalyseurs qui nous intéressent sont notamment ceux à base de terres rares. Ils sont particulièrement actifs.

Mais surtout, pendant la polymérisation, les molécules du composé s’agencent différemment en fonction du catalyseur choisi. C’est cette architecture moléculaire qui donnera au plastique ses propriétés. Au laboratoire, nous travaillons sur un polystyrène à base de matière fossile. C’est un matériau de haute technologie, très résistant à la chaleur. On le trouve dans les fers à repasser, par exemple. Nous travaillons aussi à partir de matières premières renouvelables, d’origine végétale (betteraves...). Dans ce cas, on utilise l’acide lactique qui résulte de la fermentation des sucres. Les polymères obtenus sont destinés au secteur biomédical ou à des applications grand public comme la vaisselle plastique.

Tabs

Propos recueillis par
Klervi l’Hostis

Ajouter un commentaire