Les cristaux épatent la galerie

320
mai 2014
Dans les vitrines de la galerie de minéralogie de l'Université de Rennes 1, les cristaux scintillent.
© Céline Duguey

L’Université de Rennes 1 est l’un des rares établissements de France à abriter une galerie de minéralogie.

Ils sont le plus souvent anguleux, translucides ou opaques, et parfois colorés : plus de sept cent cinquante cristaux trônent au milieu de la galerie de minéralogie, à l’Université de Rennes 1. « Le cristal est l’expression la plus aboutie du minéral, rappelle Jean Plaine, géologue et conservateur du musée. On a découvert la notion de système cristallin en laissant tomber un cristal par terre. Il se découpe naturellement en de multiples fragments de géométrie identique à celle du spécimen initial. »

Il se forme dans des conditions géologiques particulières sur de très longues périodes. Comme il lui faut de l’espace pour croître, on le trouve souvent dans des géodes(1) (photo ci-contre) ou des fissures dans la roche. Certains cristaux se composent d’un seul type d’atome, comme le diamant fait de carbone. D’autres contiennent des oxydes : le quartz, le rubis, le saphir. « On expose aussi des cristaux très originaux. Certains se développent les uns sur les autres, par exemple ! » Deux cristaux de même composition chimique peuvent également s’imbriquer l’un dans l’autre avec un angle bien déterminé pour former une macle. « Ces macles ont des formes bien spécifiques. En fer de lance, en forme de croix, en genou », poursuit-il. Il suffit d’un changement microscopique (un atome qui en remplace un autre dans un cristal en voie de formation, par exemple) pour que la couleur et les propriétés physiques changent.

Ces cristaux et autres minéraux sont rassemblés à l’université depuis 1978. « La collection date de la fin du 19e siècle, raconte Jean Plaine. Elle est principalement réalisée autour de deux fonds minéralogiques. » L’un - 3600 pièces - provient d’un don de Charles Baret, un pharmacien nantais et minéralogiste amateur. « Les pierres viennent du monde entier, précise-t-il. Alors que l’autre fonds - 800 pièces - est entièrement morbihannais. Il a été rassemblé par le comte de Limur, un personnage politique emblématique de Vannes. » Rénovée en 1995, la galerie de minéralogie réunit aujourd’hui près de mille spécimens disposés en vitrine. Elle vise deux objectifs. La conservation du patrimoine et la mise à disposition des étudiants, « des futurs géologues le plus souvent, ajoute Jean Plaine. Mais certains de nos minéraux sont des pièces rares, qui peuvent en émerveiller plus d’un ! » L’accès est d’ailleurs gratuit et libre à tous !

Tabs

Klervi L’Hostis

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER