La technologie roule, même à travers champs

321
juin 2014
© ESI Group

L’optimisation de la construction et des usages des véhicules, notamment agricoles, passe par l’intégration de nouvelles technologies.

Il existe sur le campus de Ker Lann à Bruz, depuis octobre 2013, une plate-forme dédiée à l’ingénierie numérique pour les véhicules (3DMAT). Laboratoires et PME peuvent l’utiliser pour tester par simulation leurs procédés de fabrication et la performance de pièces et de véhicules. Elle est mise à disposition par le pôle de compétitivité iD4CAR. Elle a déjà été utilisée pour trois programmes de recherche essentiellement consacrés à l’allègement des voitures et à l’intégration de matériaux intelligents. « Ce qui se fait aujourd’hui pour les voitures profitera demain à d’autres véhicules, notamment les tracteurs », commente Sergio Capitao Da Silva, responsable de la plate-forme et des programmes du pôle iD4CAR.

Éviter le décrochage

Les PME sont les bienvenues, souligne-t-il, même sans grand projet de R&D. La vocation de 3DMAT consiste justement à faciliter le passage aux outils numériques pour la conception et l’ingénierie. « L’objectif est d’éviter le décrochage technologique. »

Dans les champs, pas question de décrocher non plus. Les tracteurs, du moins les derniers modèles et certains équipements, intègrent déjà des outils et des technologies numériques. Des recherches sont en cours pour aller plus loin.

Dans la cabine du tracteur

Le pôle iD4CAR accompagne d’ailleurs un projet collaboratif de déploiement de nouvelles technologies dans le machinisme agricole, en particulier pour la manutention par chargeur. L’objectif du programme “ergonomie de commandes”, porté par l’équipementier MX, spécialisé dans les chargeurs frontaux de tracteurs (voir photo), est de simplifier et d’optimiser la manutention. Cela passe par une approche ergonomique : concevoir un pilotage électronique le plus intégré possible aux autres commandes, déjà nombreuses, dans la cabine du tracteur. Cela passe aussi par une solution de réalité augmentée pour pallier la baisse de visibilité du fait de la proéminence du capot du moteur, à l’avant. En particulier, il s’agirait de reconstituer la vue qui se dérobe à l’œil du conducteur, à partir d’images capturées par des caméras installées sur le tracteur.

Pour élaborer ces solutions, la société d’Acigné (Ille-et-Vilaine) travaille de concert avec Estar System pour la partie électronique et l’Institut de recherche en communications et cybernétique de Nantes (Irccyn). Actuellement les équipes en sont à la conception de prototypes.

Avec parcimonie

L’intégration des nouvelles technologies, numériques en particulier, aux machines agricoles est déjà une réalité dans les champs, pour certaines applications. Aujourd’hui, il est possible de piloter quelques équipements (épandage...) par tablette ou de collecter des données via le tracteur. Le programme Écofuel conduit par la station expérimentale des Cormiers(1) (Ille-et-Vilaine) a compilé 18000 heures d’enregistrement, collectées par vingt-cinq tracteurs. Relatives à leur position, leur vitesse, leur consommation de carburant..., les données sont enregistrées par des capteurs, puis transmises à la station expérimentale, et traitées pour donner aux agriculteurs une vision globale de leur usage des machines ainsi que des conseils pour l’optimisation de leur mécanisation.

Les technologies existent et offrent un large champ des possibles pour les usages. Pour autant, sur le terrain, elles se déploient avec parcimonie, en fonction des utilités, des contraintes techniques et du coût. « Seulement 1 % des 90000 tracteurs bretons sont équipés des dernières technologies », calcule Didier Debroize, ingénieur en machinisme à la Chambre régionale d’agriculture de Bretagne.

Journée du machinisme agricole

Une journée entière consacrée au machinisme agricole, à la robotique et aux Tic dans les enjeux de l’agriculture et de l’agronomie aura lieu le 10 juillet à la station expérimentale des Cormiers, à Saint-Aubin-du-Cormier (Ille-et-Vilaine). Le rendez-vous est organisé par le pôle de compétitivité iD4CAR, en partenariat avec la Chambre régionale d’agriculture de Bretagne, la Meito, le pôle Vegepolys et Cap’tronic.

Tabs

Michèle Le Goff

Ajouter un commentaire

L'ACTUALITÉ