Le design, c'est emballant

321
juin 2014

Dans l’univers de l’emballage, le design a servi de catalyseur pour intégrer l’utilisation de matériaux écoconçus.

L’emballage, c’est la première chose que voit le consommateur quand il rencontre un produit. Il est déterminant dans le déclenchement de l’achat. Le design y joue pour beaucoup. L’emballage est aussi le premier secteur industriel qui a lancé l’écoconception quand les textes réglementaires sont sortis en 1992. Design et écoconception se sont donc très vite rencontrés. « Mais les deux approches restaient séparées, l’une étant plus artistique, l’autre considérée comme plus technique, explique Thierry Varlet, conseiller technologique chez Breizpack(1). Et les industriels avaient d’ailleurs du mal à s’intéresser à l’écoconception, prenant cela comme une contrainte de plus. »

Heureusement, la mode du design est venue sauver Thierry Varlet : « Depuis environ trois ans, elle donne un nouveau souffle à l’écoconception, qui est tout simplement devenue de l’écodesign ! » Thierry Varlet convie les entreprises à des ateliers dans lesquels un designer et un gestionnaire de flux interviennent en duo. « On considère les flux au sens large : flux financiers, de matières premières, de déchets... Et un bon écodesigner est capable de tous les prendre en compte quand il travaille sur une commande. »

Prise en compte de la fin de vie

Spécialisée dans la fabrication de pièces en plastique, qui représentent pour près de la moitié des emballages destinés aux industries agroalimentaires, Knauf Industries a participé à l’un de ces ateliers et continue depuis à travailler avec le gestionnaire de flux. « Évidemment, nous nous attachons à la forme et à l’ergonomie de l’emballage, pour répondre à la demande du marché : tendances de consommation (snacking), goût pour la cuisine du monde, retour du vintage..., souligne Régine Jenny, responsable marketing de l’entreprise, puis nous choisissons le type de matériau en fonction des usages (utilisation chaude ou froide), de la conservation des aliments, des contraintes d’industrialisation de l’emballage et aussi de sa fin de vie. » Grâce au design, l’écoconception est désormais intégrée.

Tabs

Nathalie Blanc

Ajouter un commentaire

LE DOSSIER